Wall Street: biais baissier malgré le pétrole.

le
0

(CercleFinance.com) - Wall Street a clôturé sur une note indécise et peut-être un biais légèrement baissier puisque le Nasdaq a corrigé de -1,05% et le Russel-2000 de -0,3%.

La séance aura été riche en opportunités de trading alors que le Dow Jones et le S&P500 ont pulvérisé de nouveaux records peu après l'ouverture (19.225 et 2.214 respectivement), mais le 'S&P' a clôturé en repli de -0,3% (juste sous les 2.200) et le Dow Jones a fini positif par le plus petit écart (+0,01%) malgré l'envol du secteur pétrolier (Exxon +1,6%, Chevron +2,1%).

Un secteur un peu seul au monde alors que la 'techno' a nettement reculé, ainsi que la distribution et les biens de consommation (dépenses des ménages un peu faibles en octobre).

Le temps fort de cette journée a été le sommet de Vienne qui s'est conclu par un accord de réduction de la production de pétrole bien plus ambitieux que celui présenté à l'issue de la réunion d'Alger fin septembre.

L'OPEP retirerait 1,4 million de barils par jour (contre 750.000 anticipé) et les producteurs non OPEP (Russie en tête) en retrancheraient 600.000, soit un total cumulé de deux millions de barils par jour, soit un peu plus que la surproduction actuelle.

Mais la ratification de l'accord passe encore par son approbation par la Russie lors d'une prochaine réunion le 12 décembre.

Il y avait également des chiffres : satisfaction du côté de l'emploi avec +216.000 créations dans le secteur privé selon ADP (normal, novembre se solde par une profusion de contrats temporaires dans la distribution pour la période de Thanksgiving et de Noël).

Déception pourtant du côté des dépenses des ménages, en hausse de 0,3% alors qu'elles étaient anticipées à +0,5%. Les revenus ont augmenté de 0,6% en octobre au lieu de +0,4% (de quoi alimenter les spéculations sur l'inflation).

Un titre s'est distingué ce mercredi : il s'agit de Goldman Sachs (+3,7%) qui fournit un nouveau Secrétaire au Trésor (ministre des finances) à l'Amérique, après Robert Rubin, Lawrence Summers (sous Bill Clinton) et Hank Paulson (sous George W Bush).

Il s'agit cette fois de Steven Mnuchin, un ex-'GS' qui avait quitté la firme en 2002 après 17 ans de maison pour se lancer dans une carrière de gérant de fonds investis dans le cinéma et de producteur (Dune Capital).

La flambée du pétrole a occasionné des scores fleuves sur de nombreuses pétrolières, comme Marathon Oil +20,9%, Transocean +16,7%, Murphy Oil +15,5%, Anadarko +15%, Devon +14,6%, le géant Halliburton +11%, Chesapeake, Noble, Conoco-Philips +10%, etc. Deux exceptions notables avec Range Resource et Valero -3,3%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant