Wall Street attend les chiffres de l'emploi avec la Fed en vue

le
0

par Francesco Canepa 2 novembre (Reuters) - Les chiffres mensuels de l'emploi aux Etats-Unis en octobre attendus vendredi pourraient décider du moment que la Réserve fédérale choisira pour commencer à relever ses taux d'intérêt après sept ans de politique ultra-accommodante. Wall Street devrait donc rester prudente jusqu'à la publication de ces statistiques vendredi, même si le marché ne reste pas insensible d'ici-là à plusieurs indicateurs généralement très suivis, comme les indices PMI et ISM des directeurs d'achats ou l'enquête ADP sur l'emploi privé. Une remontée des taux de la Fed aurait des conséquences pour le marché américain et bien au-delà en augmentant les coûts d'emprunt en dollars sur les marchés émergents, en favorisant l'appréciation du billet vert face aux autres grandes devises et en déclenchant un vaste mouvement de réallocation d'actifs. Les économistes interrogés par Reuters prévoient en moyenne que l'économie américaine aura créé 182.000 emplois non-agricoles en octobre et que le salaire horaire moyen aura progressé de 0,2%. "Si c'est 175.000 ou 180.000 et si les salaires augmentent de trois dixièmes de point, cela augmentera nettement la probabilité que la Fed relève les taux en décembre", estime Mickey Levy, analyste de Berenberg à New York. Les économistes de HSBC pensent quant à eux qu'une moyenne de plus de 150.000 emplois nouveaux par mois en octobre et en novembre serait suffisante pour laisser la porte ouverte à une hausse de taux en décembre aux yeux de la plupart des membres du FOMC, le comité de politique monétaire de la Fed. Les marchés intègrent pour l'instant une probabilité de 50% d'un relèvement du taux des "Fed funds" à l'issue de la réunion des 15 et 16 décembre, selon les données de CME Group. L'INDUSTRIE À LA PEINE, LES SERVICES SE PORTENT MIEUX Mais l'évolution du marché de l'emploi n'est pas la seule préoccupation de la banque centrale, qui avait fait explicitement référence à "l'incertitude accrue à l'étranger" pour justifier le maintien de sa politique en septembre. ID:nL5N11N4L8 Même si cette référence a disparu du communiqué de politique monétaire publié la semaine dernière, le ralentissement de la croissance des pays émergents, Chine en tête, et la chute des cours du pétrole continuent de pénaliser les industriels américains. L'indice ISM manufacturier attendu lundi devrait ainsi montrer une stagnation de l'activité en octobre, après une progression anémique en septembre. Le secteur des services, lui, continue d'afficher une croissance soutenue même si elle devrait avoir légèrement décéléré le mois dernier. "Les entreprises américaines sont confrontées à des vents contraires, notamment les industrielles, alors que celles des services se portent bien, résume Matthias Thiel, économiste de M.M. Warburg, (mais) pour ce qui est du marché du travail, les Etats-Unis sont en situation de relever les taux." L'agenda des résultats américains, lui, est un peu moins nourri pour les jours à venir après trois semaines intenses. On suivra entre les résultats des grands groupes de médias, comme Time Warner TWX.N et Walt Disney DIS.N , et ceux de Facebook FB.O , mais aussi la publication du nouveau géant de l'agroalimentaire Kraft Heinz KHC.O . (Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant