Wall Street a profité de l'optimisme sur le mur budgétaire

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Rodrigo Campos

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en hausse pour la deuxième séance consécutive mardi, les investisseurs commençant à anticiper la conclusion d'un accord politique sur la manière d'éviter le "mur budgétaire" qui menace l'activité économique des Etats-Unis.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 0,87%, soit 115,57 points, à 13.350,96. Le S&P-500, plus large, a pris 16,43 points, soit 1,15%, à 1.446,79. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 43,93 points (+1,46%) à 3.054,53.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, enregistre ainsi sa meilleure performance sur deux jours en un mois.

Les négociations sur les moyens d'éviter le 'mur budgétaire' se poursuivaient aux Etats-Unis mardi au lendemain de nouvelles concessions présentées par Barack Obama, qui marquent une évolution significative de sa part au sujet des impôts sur les revenus les plus élevés.

L'expression "mur budgétaire" ("fiscal cliff") recouvre la coïncidence, en début d'année prochaine, entre la fin des exonérations fiscales décidées sous George Bush et prolongées pour deux ans en 2010 et la mise en oeuvre de coupes automatiques dans les dépenses publiques prévues par l'accord de 2011 sur le relèvement du plafond de la dette.

Selon les estimations du Congressional Budget Office, l'organisme parlementaire bipartisan de contrôle des finances publiques, si aucun accord n'est trouvé, cette combinaison de hausses d'impôts et de baisse des dépenses estimée au total à 600 milliards de dollars pourrait faire replonger les Etats-Unis dans la récession.

Les compartiments susceptibles de profiter de l'embellie économique que devrait induire la certitude d'un évitement du mur budgétaire ont tiré la cote, à l'image de l'indice PHLX regroupant les entreprises liées aux services pétroliers (+3,13%)

"L'avis général est que l'économie va s'améliorer et cela est toujours bon pour la demande d'énergie. Ceux qui veulent prendre des risques prennent position dans le secteur", a déclaré Shawn Hackett, président de Hackett Financial Advisors.

Selon ce dernier, les Etats-Unis parviendront bien à éviter le mur budgétaire, ce qui permettra aux investisseurs de porter leur attention sur les fondamentaux économiques.

Les valeurs financières se sont également bien portées, les intervenants de marché tablant sur une hausse de la demande de prêts à la faveur de l'amélioration de la conjoncture. L'indice S&P du secteur a ainsi progressé de 1,46%.

En revanche, les actions des fabricants d'armes à feu se sont effondrées après des initiatives prises par une sénatrice démocrate, soutenue par la Maison blanche, visant à rétablir l'interdiction des fusils d'assaut semi-automatiques qui avait été en vigueur de 1994 à 2004.

Barack Obama s'est engagé à prendre des mesures contre la violence liée aux armes à feu après la tuerie de vendredi dernier dans une école primaire de Newtown, dans le Connecticut, où 26 personnes, dont 20 enfants de six et sept ans, ont été tués par un homme lourdement armé.

Le titre Smith & Wesson a ainsi chuté de 9,99% à 7,79 dollars, ce qui n'empêche pas la valeur d'afficher une progression de quelque 77% depuis le début de l'année. L'action Sturm Ruger a plongé de 7,73% à 40,60 dollars.

Les valeurs technologiques ont progressé de 1,68%, emmenées par le titre Apple, qui s'est repris de 2,90% à 533,90 dollars après une glissade près de 13% en deux semaines.

Le titre Arbitron a bondi de 23,63% à 47,03 après l'annonce du rachat du leader des mesures d'audience à la radio aux Etats-Unis par Nielsen, spécialiste des mesures d'audience à la télévision.

L'action de ce dernier a avancé de 4,39% à 30,92 dollars.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant