Wall Street a poursuivi sa hausse avec la Fed et Apple

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Wanfeng Zhou

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a enchaîné vendredi sa quatrième séance consécutive de hausse, au lendemain du nouveau plan de soutien à l'économie américaine annoncé par la Réserve fédérale, une intervention susceptible de porter le marché actions dans les mois à venir.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 0,40%, soit 53,51 points, à 13.593,37. Le S&P-500, plus large, a pris 5,78 points, soit 0,40%, à 1.465,77. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 28,12 points (+0,89%) à 3.183,95.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow a avancé de 2,2%, le S&P 500 de 1,9% et le Nasdaq de 1,5%.

Malgré la mollesse de la croissance des Etats-Unis et des incertitudes économiques mondiales, le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, est en hausse pour le quatrième mois de suite. Il n'est plus qu'à 6% de son record de clôture de 1.565,15 atteint en octobre 2007.

Ce bond du S&P 500 a essentiellement été le fait des mesures prises par les grandes banques centrales mondiales pour maintenir les taux d'intérêt à un niveau bas et stimuler l'activité économique.

La Réserve fédérale a été la dernière en date à agir, en annonçant jeudi qu'elle achèterait désormais pour 40 milliards de dollars (31 milliards d'euros) de dette immobilière par mois et qu'elle poursuivrait ses achats de titres sur les marchés jusqu'à ce que le marché du travail s'améliore nettement et sous réserve que l'inflation reste contenue.

"La Fed a pris des mesures illimitées dans le temps. Cela contribue grandement à mettre en confiance les intervenants de marché", a dit Warren West, directeur général de Greentree Brokerage.

Dans ce contexte de douce euphorie, les actions Apple et ExxonMobil, les deux premières entreprises en termes de capitalisation boursière, ont atteint en séance de nouveaux sommets.

La première, en outre portée par ce qu'un analyste a appelé "la fièvre de l'iPhone 5", a fini en hausse de 1,22% à 691,28 dollars - après un record en séance de 696,68 dollars - et la seconde a affiché un gain de 1,7% à 92,30.

L'indice "small-cap" Russell 2000 (+1,00%) s'est approché de son pic historique.

Le dollar a encore pâti de l'assouplissement monétaire décidé par la Fed, cédant 0,51% contre un panier de devises internationales, une évolution qui a favorisé les valeurs liées aux matières premières.

Le minier Freeport-McMoran Copper a gagné 2,03% à 42,64 dollars et le groupe d'aluminium Alcoa 2,18% à 9,84 dollars. L'indice PHLX Or/Argent a pris 2,86% pour atteindre un plus haut depuis début mars.

Wall Street a également bénéficié de l'indice Thomson Reuters/Université de Michigan du sentiment du consommateur américain qui, contre toute attente, s'est amélioré ce mois-ci, à un niveau sans précédent depuis mai, les Américains étant plus optimistes dans leurs perspectives économiques et sur l'emploi.

S&P Dow Jones Indices a annoncé que UnitedHealth Group remplacerait Kraft Foods, qui va se scinder en deux, dans le Dow Jones après la clôture du 21 septembre. Le titre du premier a pris 0,67% à 54,25 dollars tandis que celui du second a reculé de 0,50% à 39,93 dollars.

L'action Home Depot a gagné 1,99% à 59,46 dollars après que le numéro un mondial des magasins de bricolage a annoncé la fermeture de sept magasins et la suppression de 850 emplois en Chine afin d'y recentrer ses activités sur la vente en ligne et les magasins spécialisés.

Le titre Staples a pris 2,09% à 12,21 dollars à la suite d'un article du magazine Fortune disant que plusieurs groupes de capital-investissement, parmi lesquels figure Bain Capital, envisagent une offre de retrait de la cote du distributeur spécialisé.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant