Wall Street a pâti des résultats d'entreprises

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Julia Edwards

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a terminé en baisse modérée mercredi, sous le coup de la chute à la fois du titre Caterpillar et des valeurs liées au secteur des semi-conducteurs, le S&P 500 voyant ainsi sa série de quatre records de clôture consécutifs interrompue.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,35%, soit 54,33 points, à 15.413,33. Le S&P-500, plus large, a perdu 8,29 points, soit 0,47%, à 1.746,38. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 22,49 points (-0,57%) à 3.907,07.

L'action Caterpillar a plongé de 6,07% à 83,76 dollars après que le numéro un mondial des engins de terrassement a une nouvelle fois abaissé ses prévisions de résultats annuels. C'est le repli le plus marqué de la valeur en une séance depuis plus de deux ans.

Le segment des semi-conducteurs a également chuté, dans un climat d'inquiétude concernant l'évolution de la demande mondiale - notamment des fabricants de smartphones - après une série de prévisions décevantes de grands groupes californiens.

L'indice des semi-conducteurs de Philadelphie a perdu 3,36%, avec une baisse de 1,40% du numéro un mondial des semi-conducteurs, Intel, et de 2,73% du spécialiste des puces pour mobiles, Qualcomm.

Contre la tendance, l'action Boeing a bondi de 5,34% à 129,02 dollars dans la foulée d'un relèvement de prévisions annuelles annoncé par l'avionneur, qui a également fait état de résultats trimestriels meilleurs que prévu.

Environ un tiers des composants du S&P 500 avaient annoncé leurs résultats trimestriels au moment de la clôture. Sur ce total, 66,3% des sociétés ont fait d'un bénéfice supérieur aux attentes, ce qui est un ratio légèrement supérieur à la moyenne historique.

Mais, en ce qui concerne le chiffre d'affaires, la proportion de groupes ayant fait mieux que prévu tombe à quelque 54% contre un ratio historique de 61%.

Comme les autres places boursières, Wall Street a pâti des tensions sur le marché monétaire chinois, qui a souffert des craintes de voir la banque centrale du pays diminuer ses injections de liquidités afin de contenir les risques d'inflation.

Une telle décision pourrait, le cas échéant, freiner la croissance de la deuxième puissance économique mondiale.

Benoit Van Overstraeten pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant