Wall Street à l'épreuve des résultats des techs et de la Fed

le
0
    par Noel Randewich 
    SAN FRANCISCO, 24 juillet (Reuters) - Wall Street se prépare 
à une semaine chargée et potentiellement décisive avec une 
avalanche de résultats trimestriels dans le secteur 
technologique, entrecoupés d'une décision de politique monétaire 
de la Réserve fédérale. 
    Les publications des poids lourds Apple  AAPL.O , Alphabet 
 GOOGL.O , Amazon.com  AMZN.O  et Facebook  FB.O  seront 
particulièrement scrutées alors que les investisseurs se posent 
des questions sur les valorisations déjà bien tendues de 
l'indice Standard & Poor's 500 après ses récents records. 
    L'indice, qui reste sur quatre semaines de hausse avec un 
gain total de 9% depuis le 27 juin, se paie actuellement 17 fois 
les résultats estimés.  
    L'actualité de la semaine pourrait le pousser vers de 
nouveaux plus hauts ou au contraire marquer la fin du rally, 
prévient Tim Ghriskey, directeur des investissements chez 
Solaris Group à Bedford Hills, près de New York. 
    Apple, la première capitalisation boursière mondiale, publie 
ses comptes mardi, suivi par Facebook le lendemain puis Amazon 
et Alphabet -- la maison-mère de Google -- jeudi. 
    "Ce sont des sociétés largement détenues par les 
investisseurs institutionnels et il pourrait y avoir des 
dégagements si les nouvelles ne sont pas bonnes", avertit Tim 
Ghriskey. 
    La semaine sera de loin la plus chargée de la saison des 
résultats américains avec un total de 194 composantes du S&P-500 
qui publieront leurs chiffres du deuxième trimestre. 
    Les sociétés ayant déjà publié ont, pour 54% d'entre elles, 
affiché un chiffre d'affaires supérieur aux attentes des 
analystes, à comparer à une moyenne de 48% sur l'année écoulée. 
    Après plus d'une année de baisse des bénéfices due pour 
l'essentiel à la chute des cours du pétrole et au dollar fort, 
les profits semblent eux aussi mieux orientés. Leur recul au 
deuxième trimestre n'est plus estimé qu'à 3,0% en moyenne par 
les analystes, au lieu d'une baisse attendue de -4,5% au début 
juillet, selon Thomson Reuters I/B/E/S. 
    Apple, Alphabet, Amazon et Facebook pèsent ensemble 7% du 
S&P-500 et un cinquième du Nasdaq Composite, l'indice des 
valeurs de croissance qui est à la traîne cette année avec un 
gain d'un peu plus de 2%, contre 6% pour le S&P. 
    De ce fait, toute surprise, dans un sens ou dans un autre, 
risque d'impacter fortement les indices. 
    Les traders se souviennent qu'Amazon avait chuté de 6% au 
lendemain de ses résultats du quatrième trimestre inférieurs aux 
attentes puis bondi de 10% trois mois plus tard après avoir 
cette fois battu nettement le consensus. 
    S'agissant d'Apple, Wall Street attend une baisse des ventes 
d'iPhone cette année, une première, mais parie sur un 
redressement en 2017 grâce au lancement d'un nouveau modèle. 
    "J'attends de bons résultats de Facebook, Google et Amazon. 
Apple est le seul qui m'inquiète à cause de la baisse de ses 
parts de marché", dit Daniel Morgan, gérant chez Synovus Trust 
Company à Atlanta.  
    La semaine sera également marquée par la réunion de 
politique monétaire de la Fed mardi et mercredi. Aucun 
changement de taux n'est attendu ce mois-ci mais certains 
professionnels, minoritaires, se demandent si le rebond rapide 
des marchés après le choc du référendum britannique sur le 
"Brexit" ne va pas amener la banque centrale à relancer les 
anticipations pour sa réunion suivante en septembre. 
    "Ils vont commencer à préparer les marchés pour septembre. 
L'économie va clairement mieux et il y a moins d'inquiétudes à 
l'international", explique Stephen Massocca, en charge des 
investissements chez Wedbush Equity Management à San Francisco. 
    Voir aussi 
Le compte rendu de la séance de vendredi   
 
 (avec Caroline Valetkevitch in New York, Véronique Tison pour 
le service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant