Wall Street a gagné plus de 1%, la Fed inquiète moins

le
1

(Répétition)

* La révision à la baisse du PIB à l'origine de la hausse

* Les investisseurs pensent que la Fed sera moins prompte à revoir à la baisse le "QE3"

* Meilleure performance sur deux jours du S&P 500 en trois semaines

par Alison Griswold

NEW YORK, 26 juin (Reuters) - Wall Street a terminé en nette hausse pour la deuxième journée de suite mercredi, la révision à la baisse du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis sur le premier trimestre ayant conduit les investisseurs à se dire que la Réserve fédérale ne mettra pas fin tout de suite à son programme de soutien à l'économie.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles .DJI a gagné 1,02%, soit 149,83 points, à 14.910,14. Le S&P-500 .SPX , plus large, a pris 15,23 points, soit 0,96%, à 1.603,26. Le Nasdaq Composite .IXIC a avancé de son côté de 28,34 points (+0,85%) à 3.376,22.

Après avoir atteint un record de clôture de 1.669,16 points le 21 mai, le S&P 500 a souffert depuis un mois de la perspective de voir la Réserve fédérale commencer à diminuer le rythme des rachats d'actifs obligataires, actuellement de 85 milliards de dollars par mois.

Ces injections de liquidités, ainsi que les politiques monétaires accommodantes d'autres grandes banques centrales, ont été le principal, voire le seul, facteur de hausse de Wall Street depuis le début de l'année.

Il y a une semaine, le président de la Réserve fédérale Ben Bernanke a dit que la banque centrale américaine pourrait commencer à revoir à la baisse son programme de rachats d'actifs plus tard dans l'année avant d'y mettre un terme vers la mi-2014. (voir ID:nL5N0EV484 )

Ces propos s'était traduits par une chute des marchés actions, le S&P ayant subi la semaine dernière sa pire performance hebdomadaire depuis novembre 2012.

L'indice a toutefois regagné 1,9% sur mardi et mercredi, sa meilleure performance sur deux jours en trois semaines. Et le S&P 500 n'est plus qu'à 3,9% de son record de clôtûre, tout en affichant depuis le début de l'année une progression de 12,5%.

La révision à la baisse de la croissance des Etats-Unis sur les trois premiers mois de l'année s'explique par des dépenses de consommation modérées, un investissement productif faible et une diminution des exportations.

Le PIB des Etats-Unis a crû de 1,8% en variation annuelle, selon le chiffre définitif publié mardi par le département du Commerce. Ce dernier avait auparavant estimé la croissance à 2,4%, après une croissance de 0,4% au dernier trimestre 2012.

ID:nL5N0F22Q2 )

Paul Brigandi, vice-président du trading chez Direxion Funds, a noté que, sur les deux dernières séances, le marché a été porté aussi bien par des données macro-économiques meilleures que prévu que par des statistiques inférieures aux attentes.

"Hier, nous avons eu des chiffres supérieurs aux estimations à l'origine d'une hausse et aujourd'hui la progression s'explique par une croissance moins vigoureuse que prévu", a-t-il dit.

CHUTE DES VALEURS LIÉES À L'OR

La cote a également été soutenue par des propos jugés rassurants émanant d'autres banques centrales.

Ainsi, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré dans la journée que la sortie des mesures exceptionnelles de politique monétaire de la BCE restait "lointaine". ID:nL5N0F21HB

Le retour au calme des marchés chinois après l'engagement de la Banque populaire de Chine à prévenir tout assèchement du crédit a contribué au rebond de Wall Street et de l'ensemble des marchés mondiaux.

En cette fin de deuxième trimestre, la cote pourrait par ailleurs être soutenue par le traditionnel nettoyage de portefeuilles à l'approche d'un nouveau trimestre, qui voit les gérants vendre les actions qui ont sous-performé et acheter ceux qui ont fait mieux que la moyenne.

Du côté des valeurs, l'action Adobe Systems ADBE.O a gagné 2,95% à 45,68 après que Jefferies a relevé sa recommandation de "conserver" à "acheter".

Le titre Microsoft MSFT.O (+2,02% à 34,35 dollars) a profité de son côté d'un relèvement de recommandation de Morgan Stanley, désormais à "surpondérer" sur la valeur.

Le cours de l'or a perdu quelque 4% mercredi, revenant ainsi à un plus bas de près de trois ans. Le métal jaune est en repli de 23% depuis le début du deuxième trimestre, qui pourrait être le plus mauvais depuis que Reuters a commencé à répertorier le cours de l'or en 1968.

Les valeurs liées à l'or ont de ce fait chuté, à l'instar de Gold Fields GFI.N (-7,48% à 4,70 dollars), de Barrick Gold

ABX.N (-8,26% à 14,78 dollars) ou encore de Newmont Mining

NEM.N (-5,91% à 27,22 dollars)

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodan3 le mercredi 26 juin 2013 à 22:27

    Wall Street a gagné plus de 1%, la Fed inquiète moins:---- ah !! qu'est ce qui a changé ???