Wall St susceptible d'être portée par les biens de consommation

le
0
    par Rodrigo Campos 
    NEW YORK, 8 mai (Reuters) - Wall Street, qui vient 
d'enchaîner deux pertes hebdomadaires de suite, pourrait 
rebondir à la faveur des résultats de grands noms liés aux biens 
de consommation, un secteur dont les performances au premier 
trimestre devraient trancher favorablement avec le reste de 
l'indice S&P 500. 
    Alors que la saison des résultats arrive à son terme -- avec 
87% des membres du S&P 500 ayant déjà publié -- les bénéfices 
des composantes de cet indice sont attendus en moyenne en baisse 
de 5,1% sur les trois premiers mois de l'année. 
    ais les résultats des entreprises liées aux biens de 
consommation sont vus en hausse de 23,1% en moyenne par rapport 
au premier trimestre 2015, selon des données Thomson Reuters, ce 
qui serait leur progression la plus marquée en pourcentage 
depuis le troisième trimestre 2010. 
    Parmi les valeurs liées aux biens de consommation faisant 
partie du S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, 30% 
n'ont pas encore publié leurs chiffres trimestriels, dont Macy's 
 M.N , Nordstrom  JWN.N  et Kohls  KSS.N , qui annonceront leurs 
résultats dans la semaine. 
    Normalement, après les dépenses liées aux fêtes de fin 
d'année, le premier trimestre n'est pas celui où les ménages 
consomment le plus. 
    Et avec un début d'année marqué par une chute des marchés 
actions, peu d'analystes avaient, initialement, anticipé de bons 
résultats pour le secteur. 
    "L'ensemble du secteur avait des attentes très peu élevées à 
l'orée de la saison des résultats et on comprend pourquoi", 
déclaré Kim Forrest, analyste chez Fort Pitt Capital Group, 
ajoutant que de bons résultats du secteur "viendraient rappeler 
aux intervenants de marché que les deux tiers de l'économie 
américaine sont liés à la consommation". 
     
    LES PERSPECTIVES DU DEUXIÈME TRIMESTRE 
    Le secteur des biens de consommation, dont les résultats 
avaient en moyenne augmenté de 12,8% au quatrième trimestre 2015 
par rapport aux trois derniers mois de 2014, devrait afficher 
tous les trimestres une progression à deux chiffres de ses 
bénéfices jusqu'au début de 2017. 
    Malgré ces perspectives favorables, les investisseurs ne se 
sont pas rués sur les valeurs liées aux biens de consommation, 
dont l'indice sectoriel  .SPLRCD  n'est en hausse que de 1,3% 
depuis le début de l'année, contre +0,6% pour le S&P 500. 
    Des 10 grands indices sectoriels du S&P 500, celui des biens 
de consommation n'affiche que la septième meilleure performance 
depuis le début de l'année, loin derrière le secteur des 
"utilities"  .SPLRCU , qui occupe le premier rang avec un gain 
de 12,6%. 
    "Le secteur des biens de consommation pourrait envoyer un 
signal aux acteurs de marché avec de bonnes perspectives pour le 
deuxième trimestre", a déclaré Brian Jacobsen, chargé de la 
stratégie de portefeuille chez Wells Fargo Fund Management. 
    "Des données solides signifieraient que l'économie 
américaine échappera à la recession et cela pourrait porter le 
S&P vers de nouveaux sommets." 
    Après s'être remis de son recul de plus de 11,5% accusé 
début février et malgré son repli sur ces deux dernières 
semaines, le S&P n'est qu'à 3,6% de son pic historique de 
2.134,72 points inscrit le 20 mai 2015. 
    En plus des résultats d'entreprises, la semaine sera marquée 
par une série d'indicateurs liées à la consommation des ménages, 
dont les ventes au détail et l'indice de confiance de 
l'université du Michigan, deux statistiques attendues vendredi. 
 
 (Benoit Van Overstraeten pour le service français) 
  
 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant