Wall St recule avec l'énergie, reste en hausse sur la semaine

le , mis à jour à 23:41
0
    * Le Dow a perdu 0,71%, le S&P-500 0,57%, le Nasdaq 0,63% 
    * La baisse des cours du pétrole a pesé sur la tendance 
    * Apple a reculé de 1,67%, Facebook de 1,63% 
    * Twitter a bondi de 21,4%, il discuterait avec des 
acheteurs 
    * Sur la semaine, le Dow gagne 0,76%, le S&P 1,19%, le 
Nasdaq 1,17%, 
 
 (Actualisé avec nouveau commentaire, volumes, changes et marché 
obligataire) 
    NEW YORK, 23 septembre (Reuters) - La Bourse de New York a 
terminé en baisse vendredi, pénalisée par la rechute des cours 
du pétrole et le repli des poids lourds Apple et Facebook, même 
si les grands indices américains restent en nette hausse sur 
l'ensemble de la semaine.  
    L'indice Dow Jones  .DJI  a perdu 131,01 points, soit 0,71%, 
à 18.261,45. Le Standard & Poor's 500  .SPX , plus large et 
principale référence de nombreux investisseurs, a cédé 12,49 
points (-0,57%) à 2.164,69 et le Nasdaq Composite  .IXIC  a 
reculé de 33,78 points (-0,63%) à 5.305,75. 
    Le secteur de l'énergie a été le principal contributeur au 
repli général, en réaction à celui des cours du pétrole, rendus 
nerveux par l'incertitude sur l'issue des discussions en cours 
entre grands pays producteurs.   
    L'indice sectoriel S&P a abandonné 1,26%  .SPNY , Chevron 
 CVX.N  0,76% et Schlumberger  SLB.N  1,42%. 
    Sur le Nasdaq, Facebook  FB.O  a perdu 1,63% après un 
article du Wall Street Journal expliquant que le réseau social 
avait surestimé pendant deux ans de 60% à 80% les chiffres de 
consultation de ses vidéos publicitaires diffusées sur ses 
sites.   
    Dix des 11 grands secteurs du S&P ont fini la journée dans 
le rouge. Celui des hautes technologies  .SPLRCT  a cédé 0,96%, 
pénalisé par Facebook mais aussi par Apple  AAPL.O , qui a 
abandonné 1,66% en raison d'inquiétudes sur les ventes de la 
nouvelle version de l'iPhone. 
    Malgré l'accès de faiblesse de ce vendredi, le Dow gagne 
0,76% sur l'ensemble de la semaine, le S&P 1,19% et le Nasdaq 
1,17%, une progression favorisée par la décision de la Réserve 
fédérale d'attendre encore avant de relever les taux d'intérêt.  
    "Je crois simplement qu'après quelques séances solides, la 
petite faiblesse de l'énergie a poussé certains à prendre 
quelques bénéfices avant le week-end", explique Gary Bradshaw, 
gérant de Hodges Capital Management.  
    Pour Mike Bailey, directeur de la recherche de FBB Capital 
Partner, "le marché reprend un peu son souffle après une semaine 
solide".  
     
    TWITTER PARMI LES PLUS FORTES HAUSSES DU JOUR 
    "Les investisseurs disent que les marchés, déjà chers, sont 
devenus encore plus chers cette semaine, donc on assiste à un 
début de retournement de tendance", ajoute-t-il.  
    A la hausse, Twitter  TWTR.N  a gagné 21,4%, porté par des 
informations selon lesquelles la société a engagé des 
discussions en vue de son éventuel rachat.   
    Parmi les acquéreurs potentiels de Twitter dont les noms 
sont évoqués par les médias, Alphabet  GOOGL.O , la maison mère 
de Google, a perdu 0,12% et le spécialiste de la gestion de la 
relation client Salesforce.com  CRM.N  5,63%. 
    Toujours dans l'actualité des fusions-acquisitions, Bats 
Global Markets  BATS.Z  a bondi de 19,9% au lendemain d'un 
article de Bloomberg évoquant des discussions en vue de la prise 
de contrôle de l'opérateur de marché par CBOE Holdings  CBOE.O . 
Ce dernier a pris 1,28%.   
    Environ 6,3 milliards d'actions au total ont été échangées 
sur les différents marchés américains sur la séance, contre 6,9 
milliards en moyenne sur les 20 séances précédentes selon les 
données Thomson Reuters. 
    Sur le marché des changes, le dollar a connu une séance en 
dents de scie pour finir sans grand changement face aux autres 
grandes devises, la prudence limitant les prises de positions 
avant le premier débat télévisé, lundi, entre les deux candidats 
à la Maison blanche, Hillary Clinton et Donald Trump. 
    Sur la semaine, le billet vert recule de 0,7% face à un 
panier de devises de référence, sa plus mauvaise performance 
depuis la mi-août. 
    "On va avoir beaucoup d'éléments à analyser avec la fin du 
trimestre et le débat", dit Bucky Hellwig, vice-président de 
BB&T Wealth Management. "Mais avec ce qu'a fait la Fed, je crois 
qu'on peut s'attendre à de la volatilité, avec un biais 
haussier." 
    Les emprunts d'Etat américains, eux, ont bénéficié de leur 
statut de valeur refuge, ce qui a fait retomber les rendements à 
des plus bas de deux semaines, à 1,606% pour le 10 ans 
 US10YT=RR , qui est remonté toutefois en fin de séance à 
1,618%. 
     
 
 (Lewis Krauskopf, avec Tanya Agrawal; Marc Angrand pour le 
service français) 
  
 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant