Wall St affiche une septième semaine consécutive de gains

le
0

* Plus longue série de gains hebdomadaires du S&P 500 en deux ans

* Le titre Wal-Mart a perdu plus de 2%

* Les résultats, les fusions-acquisitions soutiennent la place boursière

par Ryan Vlastelica

NEW YORK, 15 février (Reuters) - Wall Street a terminé peu changée vendredi, les investisseurs ne trouvant toujours aucune raison de porter la place boursière américaine beaucoup plus haut alors qu'elle flirte avec un pic de plus de cinq ans.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles .DJI a ainsi gagné 0,06%, soit 8,37 points, à 13.981,76. Le S&P-500 .SPX , plus large, a perdu 1,59 point, soit -0,10%, à 1.519,79. Le Nasdaq Composite .IXIC a reculé de son côté de 6,63 points (-0,21%) à 3.192,03.

Le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, fait du surplace depuis plusieurs séances, rencontrant notamment une forte résistance technique à l'approche des 1.525 points.

Malgré le recul de ce vendredi, le S&P 500 affiche une hausse de 0,1% sur l'ensemble de la semaine, enchaînant une septième progression hebdomadaire consécutive, une série inédite depuis celle observée entre décembre 2010 et janvier 2011.

Depuis le debut de l'année, l'indice affiche encore un bond de près de 7%.

Le Dow Jones a perdu 0,1% sur l'ensemble de la semaine, tout comme le Nasdaq.

Wall Street a pâti de la baisse de 2,15%, à 69,30 dollars, de l'action Wal-Mart Stores WMT.N dans la foulée d'un article de l'agence Bloomberg disant que les ventes de février étaient très mal parties.

Auparavant, la cote avait été plombée par l'annonce d'un recul inattendu de la production industrielle aux Etats-Unis en janvier, plombée par une faible activité manufacturière et minière. (voir ID:nL5N0BFA5S )

Ceci étant dit, cet indicateur jugé décevant a été compensé, d'une part, par des données montrant que le moral des ménages américains s'est amélioré en février, grâce surtout aux signes d'amélioration du marché du travail et, d'autre part, par le fait a production manufacturière de la région de New York a augmenté en février pour la première fois en sept mois.

ID:nL5N0BFAWW et ID:nL5N0BF8Y9

Les gains accumulés par Wall Street depuis le début de l'année ont davantage été le fait de résultats d'entreprise meilleurs que prévu que d'indicateurs macro-économiques.

En dépit du surplace observe depuis deux semaines, les investisseurs ne semblent pas encore prêts à prendre leurs bénéfices tant ils sont persuadés que Wall Street va néanmoins poursuivre sa marche vers le haut.

"Il n'y a rien qui vient dire que nous avons tort de mettre le paquet sur les actions. Nous avons peut-être été un peu vite en besogne, mais il y a aucune mauvaise nouvelle", a noté Mark Luschini, chargé des investissements chez Janney Montgomery Scott.

Il ajoute toutefois que le risque d'une nouvelle querelle budgétaire entre l'administration Obama et les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, est cependant susceptible de freiner l'envolée de Wall Street.

Républicains et démocrates ont réussi de justesse en fin d'année dernière à éviter le fameux "mur budgétaire" par un compromis qui relevait le taux d'imposition des plus hauts revenus tout en laissant la fiscalité inchangée pour les classes moyennes. Mais l'accord n'a fait que reporter de deux mois des baisses automatiques des dépenses qui auraient dû entrer en vigueur le 1er janvier.

Sauf accord entre démocrates et républicains, la réduction des dépenses en matière de police, d'aide aux PME, de sécurité alimentaire ou de collecte de l'impôt se traduira au total par une réduction de 9% des programmes civils et de 13% des dépenses militaires. ID:nL5N0B8FZA

En plus des résultats d'entreprise, Wall Street est également soutenue par une accumulation d'annonces de fusions et acquisitions représentant quelque 158 milliards de dollars depuis le début de l'année.

Parmi les accords récents les plus en vue, figurent l'offre de 28 milliards de dollars de Berkshire Hathaway BRKa.N et de 3G Capital sur Heinz HNZ.N , le rapprochement entre American Airlines et US Airways LCC.N pour 11 milliards ou encore la vente par General Electric GE.N de ses 49% dans NBC Universal à Comcast CMCSA.O pour 16,7 milliards. ID:nL5N0BEBO0 ,

ID:nL5N0BEAWA , ID:nL5N0BCL5Y

L'action du fabricant de produits diététiques Herbalife

HLF.N a pris 1,12% à 38,70 dollars au lendemain de l'annonce par l'investisseur Carl Icahn d'un accroissement de sa participation dans le groupe, manifestement destiné à défier le financier William Ackman qui a une position vendeuse à découvert sur le titre et accuse la société d'escroquerie.

Le titre Burger King Worldwide BKW.N a gagné 4,70% à 17,36 dollars après que la chaîne de restauration rapide a annoncé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, grâce notamment à des ajouts apportés aux menus proposés.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant