Waldemar Kita dément la piste Gourcuff et fixe le cap pour le futur

le
0
Waldemar Kita dément la piste Gourcuff et fixe le cap pour le futur
Waldemar Kita dément la piste Gourcuff et fixe le cap pour le futur

Waldemar Kita s'est longuement exprimé au micro de beIN Sports sur l'avenir de Michel Der Zakarian, en fin de contrat à l'issue de la saison, tout en niant la rumeur envoyant Christian Gourcuff à Nantes la saison prochaine.

Waldemar Kita avait une vérité à rétablir dimanche. Sa vérité. Le président du FC Nantes a profité de son passage au micro de beIN Sports avant le match contre Lille pour en dire davantage sur l’avenir de Michel Der Zakarian, en fin de contrat à l’issue de la saison. Mais avant d’évoquer son entraîneur actuel, Kita s’est appliqué à démentir la piste Christian Gourcuff, en partance de son poste de sélectionneur de l’Algérie et annoncé du côté de La Beaujoire. « Ce que j’ai compris, c’est qu’il doit aller à Bordeaux ou à Rennes. Nantes ? Ce n’est pas du tout ce qui était prévu », a lâché le Franco-Polonais dans un sourire malin. Le tout avant de faire l’inventaire des qualités de l’ancien entraîneur de Lorient. « C’est un homme qu’on apprécie énormément, il a des qualités fantastiques et il est très formateur. Ça va très bien avec Nantes. Je pense qu’il aime le club. Mais ça n’a rien à voir, il est aujourd’hui le sélectionneur de l’Algérie. Il est bien aimé là-bas d’après les échos que j’ai. Aujourd’hui, il n’est pas libre, c’est le premier point. Le deuxième point, c’est qu’on discute avec le staff actuel. » Si le premier n'est plus d'actualité, Gourcuff ayant officiellement résilié son contrat dimanche, le second l'est toujours.

« Toujours délicat de se séparer de quelqu’un qu’on aime beaucoup »

Quelques instants auparavant, Der Zakarian s’était déjà exprimé sur le sujet et avait indiqué que les discussions n’avaient pas franchement avancé avec ses dirigeants. Un temps annoncé à Montpellier, l’ex-international arménien a vu cette ouverture se refermer avec l’arrivée de Frédéric Hantz sur le banc héraultais. Poursuivre l’aventure avec Nantes s’impose désormais comme une sérieuse possibilité, à condition de trouver un terrain d’entente avec Kita. « Je me suis donné jusqu’à la fin avril pour voir de quelle façon on peut aller plus loin, a indiqué le boss du FCN. Il faut faire le point sur ce que nous avons fait ensemble depuis quatre ans. Une chose est sûre, c’est un garçon que je respecte et que j’aime beaucoup. J’aimerais continuer avec lui au niveau humain. Mais il y a aussi une question professionnelle. Les vrais dirigeants doivent faire la distinction entre le travail et l’amitié. C’est toujours délicat de se séparer de quelqu’un qu’on aime beaucoup. »

« Le futur, c’est dans deux-trois ans »

Au-delà des considérations sportives à court terme, Kita veut surtout parler projet et stratégie avec son entraîneur. « Ce que je veux, c’est qu’on évolue ensemble. J’essaie de faire évoluer les choses, mais il est fort possible que Michel me dise : « Je suis désolé, je ne suis pas du tout d’accord avec votre philosophie. » Alors, on se sépare, on s’embrasse, ou pas, parce que tout le monde s’embrasse et se tue dans le football. Je n’aime pas l’hypocrisie, j’aime les choses claires. Michel est un garçon clair, net et précis, mais je voudrais qu’on définisse ensemble ce qu’on veut faire pour le futur. Le futur, c’est dans deux-trois ans, pas dans six mois. » Avec dans un coin de la tête l’envie de faire bouger les lignes dans un FCN à la tradition très prégnante. « J’ai envie de construire ce club, on le fait progressivement, mais ce n’est pas évident, parce qu’il a une histoire. Il faut s’en servir, mais il faut aussi accepter que certains sujets doivent être traités différemment quand dans la mentalité historique. Le football a changé, ça c’est important. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant