VW promet d'être généreux avec les automobilistes américains

le
0
VOLKSWAGEN DIT QU'IL SERA GÉNÉREUX AVEC LES AUTOMOBILISTES CONCERNÉS PAR LA FRAUDE AUX USA
VOLKSWAGEN DIT QU'IL SERA GÉNÉREUX AVEC LES AUTOMOBILISTES CONCERNÉS PAR LA FRAUDE AUX USA

FRANCFORT (Reuters) - Volkswagen se montrera généreux avec les quelque 600.000 propriétaires de véhicules diesels aux Etats-Unis concernés par la fraude aux émissions polluantes, promet le responsable du fonds d'indemnisation créé par le constructeur allemand.

Le groupe de Wolfsburg n'a toutefois pas encore décidé s'il proposera de l'argent, un rachat ou un échange de la voiture ou encore une réparation du véhicule, ajoute Kenneth Feinberg, cité par le journal Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) dans son édition dominicale.

Kenneth Feinberg a par le passé dirigé les fonds d'indemnisation créés après les attentats du 11 septembre 2001, la marée noire provoquée par BP dans le golfe du Mexique et les accidents liés à des problèmes d'allumage sur des véhicules de General Motors. Volkswagen lui a demandé en décembre de créer et de gérer un fonds d'indemnisation après la mise au jour en septembre d'une fraude aux émissions polluantes des véhicules diesels du constructeur allemand aux Etats-Unis.

Le projet initial de Kenneth Feinberg était de rendre ce fonds opérationnel dans un délai de 60 à 90 jours mais ce calendrier risque de souffrir de retards, a-t-il dit à la FAZ. Près de cinq mois après les révélations sur la manipulation des tests, Volkswagen n'a toujours pas obtenu le feu vert des autorités américaines pour corriger le problème sur les véhicules en circulation.

"Mes mains sont liées tant que VW et les autorités n'ont pas surmonté leurs désaccords", déclare Kenneth Feinberg, qui se dit néanmoins optimiste sur la réponse des automobilistes aux futures propositions de Volkswagen.

"Regardez mes dossiers précédents: 97% des victimes du 11-Septembre ont accepté mon offre. Chez GM et BP, cela a là aussi été supérieur à 90%. Cela doit être mon objectif pour VW", dit-il, en affirmant que le constructeur lui a laissé toute latitude pour décider du niveau de l'indemnité.

"C'est purement une transaction commerciale, avec moins d'émotion. Je le constate aux courriels que je reçois de la part de propriétaires de véhicules, qui écrivent des choses comme: 'M. Feinberg, je sais que je n'ai pas perdu un proche, je veux simplement être traité équitablement.' Ils sont tous assez raisonnables", ajoute-t-il.

Kenneth Feinberg dit ne pas avoir encore décidé s'il examinera ou non les demandes d'indemnisation fondées sur une atteinte prétendue à la santé du requérant.

"Je suis enclin à ne pas l'accepter et à dire à ces gens qu'ils devraient poursuivre Volkswagen en justice s'ils le souhaitent."

Malgré le scandale, le fonds souverain de Norvège, le plus important au monde, a déclaré à la FAZ qu'il allait rester au capital de Volkswagen.

"VW est une entreprise importante en Allemagne, en Europe et dans le monde. C'est pourquoi nous allons conserver notre participation tant que le fonds et l'entreprise existeront", a dit Yngve Slyngstad, le patron du fonds norvégien.

(Arno Schütze; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant