Vuelta: l'ascension la plus spectaculaire de Contador

le
0
L'ESPAGNOL ALBERTO CONTADOR S'OFFRE LA VUELTA
L'ESPAGNOL ALBERTO CONTADOR S'OFFRE LA VUELTA

par Alasdair Fotheringham

MADRID (Reuters) - L'Espagnol Alberto Contador, qui n'a jamais redouté les ascensions les plus vertigineuses, a fait dimanche sur la Vuelta son retour au sommet du cyclisme mondial un mois à peine après avoir fini de purger une suspension de deux ans pour dopage.

Le coureur de 29 ans a remporté dans son pays natal le cinquième grand Tour de sa carrière.

Sa trajectoire est passée par des hauts, des victoires dans la Grande Boucle (en 2007 et 2009), le Giro (en 2008) et le Tour d'Espagne (en 2008 et cette année), mais aussi par un creux de deux ans, après un contrôle positif sur le Tour de France 2010.

Les analyses pratiquées lors du deuxième jour de relâche de l'épreuve ont mis au jour une infime quantité de clenbutérol, un agent anabolisant d'usage vétérinaire.

Depuis, Alberto Contador s'est toujours dit innocent et a affirmé pour sa défense qu'il avait consommé sans le savoir de la viande contaminée importée d'Espagne.

Mais, au terme d'une longue bataille judiciaire, il a fini par être destitué en février de ses titres sur le Tour 2010 et dans le Giro l'année suivante.

Il a écopé de deux ans de suspension, dont un an et demi avec effet rétroactif, si bien qu'il a pu reprendre la compétition le 6 août à l'occasion de l'Eneco Tour en Belgique et aux Pays-Bas, près de 15 ans après ses premiers vrais coups de pédale.

Le cycliste, qui a grandi à Pinto, dans la banlieue de Madrid, a commencé à courir à l'adolescence lorsque son frère Fran, qui est depuis devenu son agent et plus proche conseiller, lui a prêté un vélo. Sa carrière était lancée.

SON SURNOM ? "PANTANI"

Très vite, ses qualités de grimpeur lui ont valu le surnom de "Pantani", en référence à feu l'Italien réputé pour son crâne glabre et ses ascensions fulgurantes qui a triomphé dans la Grande Boucle en 1998.

Contador a alors entamé sa montée vers les hauteurs. Il est passé professionnel en 2003, a remporté une première victoire d'étape dans le modeste Tour de Pologne avant de connaître un premier coup d'arrêt brutal.

En 2004, des médecins lui ont diagnostiqué une malformation vasculaire dans le cerveau qui l'a contraint à descendre de vélo pendant six mois.

Peu après son retour dans le peloton, en janvier 2005, Alberto Contador a participé à son premier Tour de France, qu'il a fini à la 31e place.

La joie fut de courte durée puisque son équipe n'a pas été autorisée à prendre le départ de l'épreuve l'année suivante à la suite de l'affaire de dopage dite "Puerto", dans laquelle il a été mis hors de cause.

Différée d'un an, la consécration est venue en 2007 pour le coureur qui a remporté cette année-là son premier Tour de France.

A l'époque, il a récupéré le maillot jaune après l'exclusion pour dopage du Danois Michael Rasmussen, avant d'assurer sa victoire face à l'Australien Cadel Evans dans l'ultime contre-la-montre.

Il a conservé dans les années qui ont suivi sa place au premier plan, au point de devenir le cinquième cycliste de l'histoire - et le premier Espagnol - à s'imposer dans les trois Tours les plus prestigieux.

Le nom de ses prédécesseurs en dit long sur le niveau de la performance : les Français Jacques Anquetil et Bernard Hinault, le Belge Eddy Merckx et l'Italien Felice Gimondi.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant