Vuelta: Christopher Froome prêt à endosser le premier rôle

le
0
CHRISTOPHER FROOME EN MENEUR SUR LA VUELTA
CHRISTOPHER FROOME EN MENEUR SUR LA VUELTA

par Alasdair Fotheringham

PAMPELUNE (Reuters) - Le coureur cycliste Christopher Froome, deuxième du Tour de France cet été, est prêt à sortir de l'ombre de Bradley Wiggins pour mener l'équipe Sky, une première pour le Britannique, sur les routes de la Vuelta espagnole, qui débute samedi.

Son leader habituel, auréolé de sa victoire sur le Tour et de sa médaille d'or en contre-la-montre aux Jeux olympiques de Londres, n'a pas inscrit le Tour d'Espagne à son calendrier, si bien qu'il a laissé à son adjoint le soin d'assurer l'intérim.

Christopher Froome prendra donc le départ le 18 août, dans ses habits neufs de patron, avec l'objectif d'emmener son équipe jusqu'au 9 septembre.

"Ce rôle de leader est nouveau pour moi mais en fin de compte, c'est toujours le même métier: il faut pédaler", a-t-il estimé jeudi, avec un certain bon sens, en conférence de presse.

"Je serai peut-être davantage dans la lumière mais je crois que j'ai les compétences pour porter l'équipe", a-t-il ajouté.

Sa deuxième place sur la Vuelta l'année dernière, qui l'avait révélé au plus haut niveau, lui permet de nourrir de grandes ambitions pour l'édition 2012. Et c'est d'autant plus vrai en l'absence de Bradley Wiggins, comme il le reconnaît lui-même.

"C'est sans aucun doute une grande opportunité pour moi et je ferai ce qu'il faut. Je sais que le reste de l'équipe est en grande forme", a-t-il dit.

"Nous avons dans l'équipe plusieurs coureurs capables de figurer dans le Top 10 (à l'arrivée) à Madrid", a anticipé Chris Froome.

Mais le Team Sky ne sera pas seul en Espagne. L'un des principaux rivaux de Christopher Froome cette année ne sera autre qu'Alberto Contador, de retour après sa suspension de deux ans pour dopage au clenbutérol.

Le revenant espagnol, triple vainqueur du Tour de France avant d'être déchu de son dernier titre conquis en 2010, a fini à la quatrième place de l'Eneco Tour, en Belgique et aux Pays-Bas, la semaine dernière pour ses premiers coups de pédale post-suspension.

"Je n'ai pas peur de lui, mais je suis convaincu qu'il n'a pas non plus peur de moi, nous avons tous les deux un travail à faire, voilà tout", a dit Chris Froome.

"Je ne peux pas savoir ce qui va se passer. Je n'ai jamais couru contre lui. Je suis sûr qu'il est en parfaite condition physique et qu'il aura une forte motivation après sa suspension. Qui plus est, il court à domicile, ce qui constitue une motivation supplémentaire."

Simon Carraud pour le service français, édité par Julien Dury

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant