Vueling : pourquoi une telle pagaille ?

le
0
Des grèves ont entraîné des retards, fatals pour une compagnie low cost qui travaille en flux tendu. 
Des grèves ont entraîné des retards, fatals pour une compagnie low cost qui travaille en flux tendu. 

Une série d'incidents touchant la compagnie low cost Vueling laisse sur le sol des milliers de passagers. L'aéroport de Barcelone a connu un week-end épouvantable avec la désorganisation de la compagnie filiale d'IAG (British Airways, Iberia) troisième groupe européen dont c'est le hub. Une vingtaine de vols ont été annulés samedi et une quinzaine dimanche. Les annulations touchent Paris, Londres, Rome, Alger, Oran et Malte. Considérant qu'un certain nombre de passagers de Vueling voyagent via Barcelone ou via Rome, l'impact est multiplié. Et aujourd'hui, les annulations sont au nombre de 66.

Plusieurs causes s'enchaînent ou se superposent, soulignant la vulnérabilité du modèle low cost qui fait voler les avions jusqu'à 14 heures par jour. Ryanair et easyJet, les deux leaders du vol à bas coût en Europe, ont connu aussi des perturbations à des degrés moindres. En effet, ces compagnies ne supportent pas le moindre retard. Étant donné que les vols d'un avion s'enchaînent toute la journée, séparés par des escales de moins de trente minutes, le moindre décalage se retrouve en fin de journée, obligeant à annuler un vol. Aussi les low cost préfèrent-elles anticiper et annuler dans la journée plutôt que de retrouver un avion bloqué à l'autre bout de l'Europe avec des passagers à indemniser, incapables d'être en place le lendemain matin pour assurer à nouveau les vols du jour.

Ces retards sont devenus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant