Vraiment utile l'obligation de vacciner ?

le
4
Vraiment utile l'obligation de vacciner ?
Vraiment utile l'obligation de vacciner ?

Inconscience ou prudence ? Courage ou obstination déraisonnable ? Les avis s'affrontent sur la prise de position du couple Larère qui a relancé hier le débat sur l'obligation vaccinale. Ces parents comparaissaient devant le tribunal d'Auxerre (Yonne) pour avoir refusé de faire vacciner leur fille de 3 ans. En France, cette obligation est limitée aux enfants et ne concerne plus que le vaccin contre le tétanos, la poliomyélite et la diphtérie (voir infographie).

La peur des effets secondaires. Selon le couple, ce risque, lié à la présence d'adjuvants comme le mercure et l'aluminium, est trop important. Le père, Marc, compare même son engagement à un refus de « jouer à la roulette russe ». « Ils peuvent entraîner de très graves séquelles, à vie, sans possibilité réelle d'indemnisation puisque, de manière systématique, les laboratoires fabricants dénient leur responsabilité, de même que l'Etat », explique dans ses conclusions, M e Ludot, l'avocat des parents. Il a plaidé pour la relaxe des époux Larère et a déposé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) réclamant le libre choix pour la vaccination. Le tribunal a ordonné de transmettre à la Cour de cassation, qui choisira, ensuite, d'en saisir ou non le Conseil constitutionnel.

Une exception française. Le couple de l'Yonne, considéré comme maltraitant, encourt une peine de deux ans de prison et 30 000 ¤ d'amende. En Europe occidentale, seules la France et l'Italie (qui est en train d'y revenir) appliquent cette obligation. « Cela m'attriste que des gens aient peur de vaccins qui sont utilisés depuis plus de soixante ans et qui ne posent aucun problème de tolérance », déplore le professeur Daniel Floret, responsable du Conseil technique de la vaccination (organisme dépendant du Haut Conseil de la santé publique, HCSP). Pour autant, le HCSP, instance consultative auprès du ministère de la Santé, appelle tout de même ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clausfer le vendredi 10 oct 2014 à 11:04

    Ben oui, si cela ne vous tue pas, cela vous rend plus fort. C'est le principe même du vaccin, et s'il y a un risque minime, il ne faut pas oublier que si le taux de vaccination n'est plus suffisant, tout le bénéfice est perdu pour l'ensemble de la population.

  • frk987 le vendredi 10 oct 2014 à 09:08

    Suite : il y a moins de 10 ans ma mère alors assez âgée s'est retrouvée avec un bras paralysé suite à une vaccination pour la grippe......alors les vaccins, je dis c'est bien pour les autres, ça protège l'ensemble de la population...

  • frk987 le vendredi 10 oct 2014 à 09:06

    un an d'hôpital suite à une vaccination infantile et séquelles rénales à vie....à chacun ses choix......on a vacciné n'importe comment dans les années 50, peut-être Est-ce moins dé.bile aujourd'hui...... on peut rêver !!!!

  • M6695204 le vendredi 10 oct 2014 à 08:57

    Plus personne n'ignore que l’hépatite B est totalement imputable à la vaccination.Du reste tout le monde s'en fout de l'après.Chaise roulante etc...Mais c'est français