Voyages à l'étranger : le «Routard» du danger

le , mis à jour à 07:36
0
Voyages à l'étranger : le «Routard» du danger
Voyages à l'étranger : le «Routard» du danger

Prudence est mère de sûreté. Surtout en ces temps troublés. Pour informer les Français qui se déplacent à l'étranger, le ministère des Affaires étrangères tient à jour une carte de «conseils aux voyageurs» sur Internet. Le monde apparaît répertorié en quatre couleurs (vert, jaune, orange, rouge) qui permettent à chacun de savoir où il met les pieds. Risques sécuritaires, sismiques, climatiques, sanitaires... Outre cette carte, une présentation rédigée pour chaque pays renseigne précisément sur les destinations où voyagent chaque année 20 millions de Français.

 

Des cartes surveillées de près à l'étranger

 

Cet outil est réalisé grâce à l'important réseau diplomatique tricolore (le deuxième au monde, derrière les Etats-Unis). C'est le Centre de crise (CDC) du Quai d'Orsay qui centralise, en temps réel, les recommandations des agents français en poste à l'étranger. La France n'est pas le seul pays à disposer d'une telle plate-forme, chaque Etat disposant de sa propre présentation et analyse des risques. Aux Etats-Unis, il s'agit d'un texte. Au Canada, les autorités ont recours à une carte de cinq couleurs. La France y figure ainsi en... orange, au même titre que le Maroc ou le Sierra Leone, menace terroriste oblige.

 

 

Si les préconisations des « conseils aux voyageurs » sont destinées aux Français, elles sont surveillées de près à l'étranger, où les autorités voient souvent d'un mauvais œil la moindre trace de jaune, orange ou rouge dans la carte de leur pays, souvent synonyme de ralentissement de l'activité économique. « On en a conscience mais cette carte n'est pas un instrument de la diplomatie », assure Patrice Paoli, le patron du CDC. Il reconnaît toutefois être soumis à des pressions de la part de ministres étrangers : « On résiste parce que nous sommes un service public. Notre mission n'est pas de favoriser le commerce. On est à la recherche du meilleur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant