Voyager en train est-il toujours intéressant ?

le
7

Le paysage français des transports est en pleine mutation ! Après le covoiturage popularisé par Bla-BlaCar, c'est au tour des autocaristes de bousculer frontalement le rail. Petit retour en arrière. Pendant longtemps, les liaisons régulières par autocar ont été interdites en France. Impossible, par exemple, de prendre un car à Paris pour se rendre à Lyon. Interdit aussi au passager d'un autocar reliant Paris à Milan de s'arrêter en France, c'est-à-dire de bénéficier du cabotage. Il s'agit de la possibilité pour un opérateur routier de transporter un voyageur sur le territoire national dans le cadre d'un trajet international. La législation a été modifiée une première fois en 2009 pour répondre à un nouveau règlement européen et le cabotage sur les liaisons internationales, autorisé. Il est toutefois resté marginal.

Tout a changé à la rentrée de 2015 avec la publication des décrets de la loi Macron autorisant la libéralisation presque totale des transports. Résultat, des centaines d'autocars sillonnent aujourd'hui l'Hexagone. Cinq acteurs majeurs se disputent ce marché. Deux sont publics ou parapublics : la SNCF, avec Ouibus, et Transdev, avec Isilines. Trois sont privés : Starshipper, qui fédère des autocaristes français, l'Ecossais Megabus et l'allemand FlixBus. La bataille est féroce ! Une nouvelle liaison peut faire l'objet de tarifs bradés à 1, 3 ou 5 euros. Bien sûr, ils augmentent par la suite, mais la conquête de parts de marché se joue bel et bien sur la guerre des prix, aucune entreprise du secteur n'étant, pour l'heure, rentable. Selon les estimations internes de la SNCF, révélées par Latribune.fr, l'arrivée de ces compétiteurs pourrait se traduire par une perte de chiffre d'affaires de 200 millions d'euros par an, dont 150 millions rien que pour le TGV.

Côté covoiturage aussi, la concurrence s'intensifie. BlaBlaCar a renforcé son hégémonie avec le rachat, au printemps de 2015, de Carpool...

lire la suite sur votreargent.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • kerken il y a 9 mois

    exemple 1 trajet Limoges - Lyon en flexibus avec un prix de lancement de 1€ évidemment 7 h00 de trajet .Et j'ai bien l'intention d'en profiter

  • M5441845 il y a 9 mois

    Même si j'ai quelque sympathie pour les entreprises nationales, je vois avec satisfaction arriver une vraie concurrence parce que je ne supporte pas les monopoles et l'arrogance de certains acteurs. La SNCF a toujours fait le pluie et le beau temps et aussi les tempêtes avec ses grèves destructrices (moins fréquentes actuellement). Le statut des cheminot est devenu une statue intouchable, surtout leur retraite. Affronter la concurrence fera du mal a la SNCF mais beaucoup de bien au pays.

  • degrowth il y a 9 mois

    L'autocar est moins cher que le TGV . Est-ce vrai avec les tarifs ouigo ou prem's ? D'autre part le risque d'accident est sans doute plus élevé pour l'autocar.

  • M6210626 il y a 9 mois

    Magnifique, ces autobus à prix cassés ! Mais pour combien de temps ? On peut légitimement s'étonner que la facture pollution ne soit JAMAIS évoquée. Dommage pour la SNCF qui a déjà sabordée son fret (vive les camions sur la route); nous faisons peu de cas des investissements passés et en cours.

  • lsleleu il y a 9 mois

    La politique actuelle : destruction systématique des entreprises nationalisées (la poste , l' EDF maintenant la SNCF du moins ce qui en reste.)

  • faites_c il y a 9 mois

    "Voyager en train est-il toujours intéressant ?"??? Quand est-ce que cela a été intéressant? Même quand j'étais étudiant il y a 35 ans, il était plus rentable de faire les trajets en voiture (péages compris) que de prendre le train! A l'époque les cerveaux prenaient en compte l'amortissement de la voiture particulière (mais pas ceux de la SNCF) pour comparer les tarifs de déplacement en train et en voiture sachant qu'il n'y avait que ce moyen pour démonter l'énorme avantage des tarifs de la SNCF

  • ericlyon il y a 9 mois

    Dans la plupart des cas voyager en train est intéressant d'autant plus que les 3/4 du prix du billet est payé par le contribuable. Toutefois il y a effectivement quelques aléas : retard, grève, .. qui rendent ce transport stressant et peu sécurisant.