Voyager en drone ? pourquoi pas si on réduit le risque à un niveau acceptable

le
0
Voyager en drone ? pourquoi pas si on réduit le risque à un niveau acceptable
Voyager en drone ? pourquoi pas si on réduit le risque à un niveau acceptable

Peut-on imaginer voyager un jour en drone ? Oui, mais l'acceptation du risque d'accident constitue le principal frein à l'essor de ces engins, qui, à l'instar de l'aviation, devront s'en affranchir grâce aux progrès technologiques."Si vous ne voulez aucun accident, vous n'aurez aucun drone", explique Claude Le Tallec, chercheur à l'Onéra, le centre français de recherche aéronautique et spatiale. "En revanche, si vous considérez qu'il va y en avoir, il faut que vous définissiez ce taux acceptable d'accident", poursuit ce spécialiste des drones.Le taux acceptable reflète le bénéfice tiré de l'exploitation des drones, le "service rendu", au regard du risque engendré.Pour l'heure, les drones sont cantonnés au secteur militaire, et dans le civil, ils servent pour des applications comme la capture d'images aériennes - notamment pour les télévisions ou l'agriculture - soit quelque 90% du marché.Le grand public les connaît au travers des drones de loisirs de firmes comme Parrot, dont les ventes ont récemment explosé.Le secteur commercial reste lui balbutiant, après avoir éclos ces deux dernières années au service de l'agriculture de précision ou pour la surveillance des grands réseaux électriques et ferroviaires."Le marché du drone est en train de passer de l'échelle expérimentale à l'échelle industrielle", explique Emmanuel de Maistre, le PDG de RedBird, une des principales start-up françaises du secteur. - Le marché n'est pas mûr - "La France a été l'un des premiers pays à règlementer et autoriser les vols de drones civils en 2012", poursuit-il, en soulignant que "cette nouvelle règlementation a ouvert un nouveau marché".Selon une étude du cabinet Xerfi (avril 2014), "le chiffre d'affaires des constructeurs et exploitants français de drones atteindra environ 300 millions d'euros en 2015, soit une croissance de près de 70% par an entre 2013 et 2015".Pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant