Voyage en Syrie : le député Bapt convoqué mardi au parti socialiste

le
2
Voyage en Syrie : le député Bapt convoqué mardi au parti socialiste
Voyage en Syrie : le député Bapt convoqué mardi au parti socialiste

Jean-Christophe Cambadélis, jeudi, promettait des sanctions contre Gérard Bapt, seul socialiste parmi les quatre parlementaires qui se sont rendus, sans en aviser la France, en Syrie, pour rencontrer les autorités syriennes. «Je condamne totalement ce déplacement : Bachar n'est pas un dictateur, c'est un boucher», déclarait le premier secrétaire du PS sur RTL. «Il sera déféré devant la haute autorité du parti socialiste», ajoutait-il sur RTL tandis que Bapt, sur France Inter, justifiait son escapade «privée» par la nécessité de dialoguer pour la paix.

Ses explications n'ont pas dû convaincre, et le député de Haute-Garonne est convoqué mardi à 16 heures rue de Solférino pour se défendre. «Personne n'a été avisé au Parti socialiste, au groupe SRC pas plus qu'à l'Assemblée nationale de son voyage. Donc, aucun feu vert n'a été donné à ce voyage libano-syrien, tonne Cambadélis dans un communiqué. Nul parlementaire ne peut, de son propre chef, rétablir des relations diplomatiques avec un dictateur qui a gazé son peuple. Ceci, alors que la France a rompu les relations diplomatiques et fermé son ambassade à Damas. Il y va de la crédibilité de la parole de la France».

«Bachar al Assad lutte contre le terrorisme», estime Philippot

«Chacun sait que Bachar al-Assad a libéré les « al-qaïdistes » qui furent à l'origine de Daesh pour briser son opposition», fustige encore Cambadélis en réponse à l'argument des députés et sénateurs, Jacques Myard député UMP des Yvelines, Jean-Pierre Vial, sénateur UMP et président du groupe d'amitié France-Syrie, et François Zocchetto, sénateur UDI de Mayenne, qui justifient leur rencontre avec Bachar al-Assad par la nécessité de trouver un front efficace contre l'avancée de l'organisation Etat islamique.

Un contre-argument que le n°1 du PS pourrait opposer aussi à ceux qui, essentiellement à droite et à l'extrême-droite, estiment qu'il faut renouer ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le vendredi 27 fév 2015 à 13:25

    Il ne convoque pas le diplomate américain pour lui demander ce qu'il faisait là? On a le droit de savoir, non?

  • cmoineau le vendredi 27 fév 2015 à 13:06

    ils vont lui mette le bonnet d'ane et le mettre au piquet.