Voyage en solo : « Nous sommes en quête de liens »

le , mis à jour à 11:29
0
Voyage en solo : « Nous sommes en quête de liens »
Voyage en solo : « Nous sommes en quête de liens »

JEAN VIARD est directeur de recherches au Cevipof (centre de recherches politiques de Sciences-po), spécialiste des temps sociaux et auteur du « Triomphe d'une utopie. Vacances, loisirs, voyages : la Révolution des temps libres »*. Il analyse ce phénomène

 

Comment explique-t-on le développement du voyage en solo ?

JEAN VIARD. Peu d'études ont été réalisées. Toutefois, il y a de plus en plus de gens qui vivent seuls. 7 millions de Français dont 1,5 million de mères. La solitude est de plus en plus présente. Elle est parfois choisie, d'autres fois, liée à nos vies discontinues. Nous sommes aussi dans une société en quête de liens. Mais des liens choisis, c'est-à-dire qui vont au-delà de la famille ou des proches. L'industrie touristique l'a compris en développant ce marché où l'on peut rencontrer des voyageurs qui sortent du schéma traditionnel.

 

Que représentent les vacances ?

Dans l'imaginaire, ce sont des moments que l'on passe en famille ou en couple. 70 % des vacanciers partent en tribu. Y compris pour les femmes célibataires ou monoparentales. Alors une majorité d'entre elles préféraient ne pas partir plutôt que de le faire seules. Parfois aussi pour des raisons économiques liées aux surtaxes qu'on doit payer. Mais elles ont souvent longtemps craint la pression sexuelle, ces regards interrogateurs qui semblent demander ce qu'elles font là, toutes seules. Mais là encore, l'industrie s'est rendu compte que ces femmes voulaient partir.

 

Il n'y a pas que des célibataires qui partent, on n'hésite plus à se séparer pour voyager ?

Oui, parce que les couples sont aujourd'hui différenciés et moins fusionnels. L'un n'a peut-être pas les mêmes goûts que l'autre pour le voyage ou pour une destination. De plus, 80 % des femmes sont salariées. On ne peut pas toujours prendre ses congés en même temps. Alors on fait les choses séparément.

 

Partir seul, n'est-ce pas aussi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant