Voyage en ligne: eDreams Odigeo supprime un tiers des emplois en France

le
0
Voyage en ligne: eDreams Odigeo supprime un tiers des emplois en France
Voyage en ligne: eDreams Odigeo supprime un tiers des emplois en France

Le numéro un européen du voyage en ligne eDreams Odigeo, entré à la Bourse de Madrid en avril, a annoncé vendredi son intention de supprimer un tiers de ses effectifs en France, soit 112 postes.Né de la fusion en 2011 des marques eDreams, Opodo et Go Voyages, le groupe compte aussi les marques TravelLink (voyage d'affaires) et depuis fin 2013 Liligo. Il emploie 1.650 personnes, dont environ 300 en France.Un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) est prévu en France "qui aurait une incidence sur 112 postes", principalement des "activités de support", a indiqué le groupe dans un communiqué.Objectif: regrouper "certains services en Espagne", au siège de Barcelone, afin "d'optimiser" les performances, à savoir "améliorer la qualité du service et préserver sa compétitivité", dans "un contexte économique et industriel en constante évolution".Le comité d'entreprise a été informé vendredi. Le PSE devrait être clôturé fin mars.L'entreprise se dit "parfaitement consciente des conséquences sociales et humaines du projet actuellement à l'étude" et dit vouloir "consacrer les moyens nécessaires à la mise en oeuvre d'un dispositif d'accompagnement personnalisé".eDreams Odigeo est numéro un mondial de la vente de billets d'avion en ligne et veut rivaliser avec les grands noms américains du secteur de la vente en ligne de voyages -- même si Expedia, par exemple, reste sept fois plus gros que lui.Ses marques proposent des packages de séjours, des billets d'avions (réguliers, charters, low cost...), des hôtels, des croisières, des locations de voitures, etc.Présent sur 43 marchés, le groupe a réalisé un volume d'affaires de 4,38 milliards d'euros l'an dernier. Il revendique 15 millions de clients dans le monde et a placé début avril 35% de son capital à la Bourse de Madrid, les fonds Permira et Ardian conservant environ 50%.Il opère aujourd'hui un recentrage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant