Voyage au cœur d'un pays dévasté

le
0
REPORTAGE - Après le séisme qui a frappé le Japon, notre envoyé spécial raconte les 26 heures de route entre Tokyo et Sendai, les villages noyés de boue et la population stoïque.

Du Japon.

Le voyage de Tokyo à Sendai en train rapide Shinkansen prend d'ordinaire une heure et quarante minutes. Aujourd'hui, il faut vingt-six heures. Les trains ne circulent plus, l'autoroute est uniquement ouverte pour les urgences, et sur les petites routes qui permettent de relier Tokyo à Sendai, le sol ne cesse de frissonner. Le monde entier sait que la terre a tremblé à Tokyo à 14h46 vendredi, provoquant la plus forte secousse qu'ait connue l'Archipel, d'une magnitude de 8,9 sur l'échelle de Richter. Mais on peine à mesurer à quel point la côte pacifique du Japon est devenue une sorte de gigantesque vaisseau flottant, dont les passagers ressentent une sorte de houle en permanence.

Les Japonais vivaient depuis toujours dans la crainte du «Big One», ce séisme mythique qui transformera d'abord leur pays en ruines avant de les submerger par un tsunami. Depuis vendredi, ils affrontent leur «Long One», stoïquement, avec le calme qui règne dans l'œil du cyclone. Un cycl

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant