Vous voulez un soin, monsieur Dal Molin ?

le
0
Vous voulez un soin, monsieur Dal Molin ?
Vous voulez un soin, monsieur Dal Molin ?

Gêné par une entorse à la cheville, Steven a dû se contenter de regarder ses camarades jouer sans lui ces deux dernières semaines. Un coup dur qui ne l'a pas empêché de garder le moral et d'occuper ses journées. Entre les soins, un ouragan évité, les études et les sorties, Steven a passé une folle quinzaine.

" Je t'appelle depuis la salle d'étude là, je suis venu pour travailler. " Au moment de raconter en détail ses deux dernières semaines, Steven est interrompu par une bibliothécaire pas vraiment satisfaite. " Je dois sortir parce qu'une femme est venue me voir pour me dire que je faisais du bruit ", explique-t-il. Qu'importe, Steven reprend, imperturbable. Ces deux dernières semaines, il les a passées entre les mains du kiné, pour soigner sa grosse entorse, sa " blessure préférée ", comme il l'appelle, puisqu'il en contracte " au moins une par saison ". Pour ne pas trouver le temps trop long, et évacuer la déception d'un voyage à Los Angeles manqué, Steven a trouvé de quoi s'occuper. De la rééducation, bien évidemment, mais aussi du travail, des sorties et du repos. En gardant toujours un œil attentif sur la saison compliquée du MHSC, bien entendu.

Soins intensifs et douloureux


" Ici, puisqu'on joue beaucoup, ils ont besoin que les joueurs se remettent assez rapidement. Moi par exemple, je me suis blessé le dimanche, et le lundi, je faisais déjà un footing ! ", explique Steven, qui garde quelques souvenirs assez douloureux de sa remise en forme. Outre les petites courses, ce sont surtout ses visites chez le kinésithérapeute qui l'ont fait grimacer. " J'avais un énorme bleu, et lui, il le massait pour faire circuler le sang, ça faisait super mal ", raconte-t-il quelques jours plus tard. L'avantage de ces séances intensives, c'est que deux semaines seulement après avoir contracté sa blessure, Steven est tout près des terrains. " En quinze jours à peine, j'ai déjà réintégré le groupe, je participe aux entraînements. Bien sûr, je ne suis pas à 100%. Je peux jouer dans l'absolu, mais ma cheville n'est pas prête pour supporter l'intensité d'un vrai match ", regrette Steven, qui a dû se contenter du banc de touche lors des derniers matchs. Dommage pour les Rams qui sont retombés dans leurs travers. " Ils ont perdu à UCLA, puis ils ont fait match nul contre Mason ", détaille Steven. Seulement, le match à Mason était le premier qui comptait pour la conférence. Autant dire que ce point, arraché dans l'over-time par les coéquipiers de Steven, vaut déjà très cher.

" C'est dommage. On jouait bien, très bien. Et puis on s'est pris un but contre le cours du jeu et on a commencé à déjouer ", regrette le jeune Montpelliérain, toujours…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant