Vous pourrez bientôt visiter le fort de Brégançon

le
0
Vous pourrez bientôt visiter le fort de Brégançon
Vous pourrez bientôt visiter le fort de Brégançon

Tour de passe-passe en perspective dans le patrimoine de l'Etat. Selon nos informations, deux des symboles de la République, le fort de Brégançon, dans le Var, et la résidence de la Lanterne, située près de Versailles (Yvelines), s'apprêtent à changer de gestionnaires.

Comme le président de la République le souhaitait, l'ouverture du fort de Brégançon au public est désormais actée. « C'est une façon de faire rayonner ce bel ensemble patrimonial et d'en faire profiter tous les Français », confirme Sylvie Hubac, la directrice de cabinet de François Hollande. Ouverture programmée « dans le courant de l'année prochaine », après une période de « petits travaux ». Et à certaines « occasions ponctuelles » comme les Journées du patrimoine, en septembre, ou lors de visites guidées.

Le public va donc pouvoir pénétrer dans un des endroits les plus secrets de la République. Ce piton rocheux, adossé à Bormes-les-Mimosas, offre en effet une vue imprenable sur la Méditerranée. Et c'est dans cette résidence aux abords austères, mais à l'intérieur luxueux, que depuis le général de Gaulle les présidents de la Ve République ont pris l'habitude de venir passer quelques jours de vacances l'été. Sauf que depuis 2007 les occupants s'y font rares alors que le coût d'entretien dépasserait les 200 000 ? par an. Après une escapade quelques jours en août 2012, le couple présidentiel n'y a plus remis les pieds : Hollande s'y était senti un peu trop « enfermé », Valérie Trierweiler regrettant, elle, la pression des paparazzis.

La résidence de la Lanterne officiellement au président

Certes, précise l'Elysée, « le président pourra toujours s'y rendre » pour se reposer. Mais la vocation de Brégançon va davantage ressembler à celle du château de Rambouillet, ex-résidence présidentielle désormais ouverte au public. Le fort pourrait ainsi passer sous gestion du Centre national des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant