Vous n'auriez pas un stage pour mon gamin ?

le
0
Vous n'auriez pas un stage pour mon gamin ?
Vous n'auriez pas un stage pour mon gamin ?

Un brin emprunté, son fameux questionnaire à la main, il s'est glissé en même temps que l'hiver dans les bureaux des assurances, les salles de pause des hôpitaux ou aux comptoirs des administrations. C'est officiel : le stagiaire de 3e est de retour.

Obligatoires depuis 2005, les « séquences d'observation en entreprise », comme on dit au ministère de l'Education nationale, sont « l'occasion de découvrir ce qu'est la vie économique et de construire son orientation ». Quelque 800000 collégiens se prêteront à l'exercice d'ici la fin de l'année scolaire, majoritairement avant les vacances de Noël et à la veille des congés de février.

Y aura-t-il de la place pour tout le monde? La question tracasse chaque année les parents, alors que se signent les conventions par lesquelles les sociétés s'engagent à prendre en charge l'élève pendant cinq jours ouvrables. « On a reçu un petit mot de l'Education nationale, qui nous dit qu'il faut laisser nos enfants chercher par eux-mêmes, raconte Laurence, fonctionnaire et maman de Julie, une collégienne de 14 ans. Cela me fait doucement rire. Aucun jeune ne peut y arriver seul. »

Alors, comme Laurence, les parents sollicitent les collègues, les grand-tantes, les amis d'amis? Las de recevoir ces tombereaux de candidatures, plusieurs grands groupes, comme LVMH, ont décidé de réserver les places aux enfants des collaborateurs. Quid de tous les autres?

Quand le collège n'a pas élaboré de stratégie pour aider les élèves, c'est encore le statut social qui fait le tri. Les plus favorisés vont s'asseoir dans le fauteuil en cuir de leur oncle avocat, ou bien soigner les chevaux du centre équestre où ils sont inscrits depuis l'enfance.

Léa, collégienne savoyarde et cavalière aguerrie, vient de l'expérimenter avec bonheur. « J'ai adoré mon stage, raconte-t-elle. Cela a confirmé mon idée de devenir ostéopathe équine. » D'autres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant