Votre logement est-il bien protégé contre la foudre

le
0

Les dramatiques accidents survenus à Paris et en Allemagne nous rappellent le pouvoir dévastateur de la foudre. Voici ce qu’il faut savoir pour être sûr que votre habitation soit à l’abri.

Rarissimes les accidents impliquant la foudre? Malheureusement non, comme nous le rappelle la dramatique actualité avec près de 50 blessés touchés en Allemagne et à Paris. Rien qu’en France, un million d’impacts de foudre sont recensés en moyenne chaque année avec des pointes pouvant dépasser 250.000 impacts sur une seule journée (c’était le cas du 19 juin 2013). Pas moins de 100 à 300 personnes sont frappées chaque année et ce phénomène cause une dizaine de morts par an.

La protection des bâtiments se fait à deux niveaux: le paratonnerre protège la structure contre les coups directs de la foudre tandis que le parafoudre (ou parasurtenseur) est chargé de protéger le matériel électrique contre des surtensions transitoires qui peuvent notamment être causées par l’orage. Si tous les bâtiments publics sont en général protégés contre la foudre (la tour Eiffel est régulièrement frappée sans que cela porte à conséquence), ce n’est pas toujours le cas des habitations privées et particulièrement des maisons individuelles.

Une protection efficace

Le paratonnerre est reconnu comme une protection très efficace pour peu qu’il dépasse de 2 mètres au minimum la partie la plus haute du bâtiment à protéger, et que sa liaison à la terre soit faite dans de bonnes conditions. Attention cependant aux installations les plus anciennes, puisque certains modèles disposent d’une tête radioactive (modèles interdits à la vente depuis 1987) et doivent être remplacés (voir ici une carte recensant ces paratonnerres).

En respectant les normes, il est obligatoire d’installer un parafoudre dans tous les départements où le niveau kéraunique dépasse 25 (voir ci-contre). Ce niveau (Nk) correspond au nombre de coups de tonnerre entendus dans une zone donnée par an. On utilise désormais plutôt le concept de densité de foudroiement (Ng), représentant le nombre de coups de foudre par km² et par an. Pour être efficace, le parafoudre est mis en place dans le tableau électrique situé en tête de l’installation, juste en sortie du disjoncteur général. Cette configuration permet de se protéger sur une distance d’environ 30 m, pour de plus grandes surfaces, il faut prévoir un parafoudre secondaire.

Éviter les bains et douches

Côté tarif, compter un peu plus de 2000 euros pour une installation complète (paratonnerre et parafoudre) mais souvent l’installation d’un parafoudre peut s’avérer suffisante avec une dépense de l’ordre de 200 euros. Les lignes téléphoniques et appareils qui sont branchés (box notamment) peuvent également nécessiter une protection spécifique avec une multiprise adaptée.

Enfin, concernant les réflexes à adopter en cas d’orage, on peut notamment conseiller de débrancher les appareils électriques et téléphones fixes non protégés et éviter de prendre bains ou douches pendant l’orage sachant que la tuyauterie peut s’avérer très conductrice.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant