Votre cheminée est-elle utilisable sans risque ?

le
0

FOCUS - Législation, sécurité, ramonage ou assurance... Le Figaro Immobilier vous rappelle tout ce qu’il faut savoir pour pouvoir profiter sans danger d’une bonne flambée dès les premiers froids.

L’an dernier à la même époque les Franciliens étaient heureux d’apprendre que l’interdiction des feux de cheminée dans la région pour cause de pollution ne serait pas appliquée. Mais ce n’est pas une raison pour oublier une série de précautions à prendre avant de remettre en service sa cheminée. Ceux qui ont la chance de pouvoir disposer d’un tel équipement doivent prendre soin d’être en règle, notamment en ce qui concerne le ramonage.

Le ramonage est en effet obligatoire et ceux qui ne respectent pas la règle peuvent s’exposer à amende de troisième classe pouvant aller jusqu’à 450 euros. Concrètement, c’est au propriétaire-occupant d’assumer cette obligation ou au locataire, lorsqu’il est autorisé à utiliser la cheminée. Dans ce cas, toutes les petites réparations et l’entretien courant sont à sa charge. Le ramonage des conduits de fumée est une charge locative rappelée généralement dans le contrat de bail. Même si le propriétaire-bailleur peut se charger lui-même de faire ramoner les conduits de cheminées, c’est à l’occupant de les régler.

Bien assuré et bien ramoné

Par ailleurs, lorsque l’on vit en copropriété, il faut évidemment s’assurer que les feux de cheminées sont autorisés dans les parties privatives. Le ramonage des conduits desservant une installation collective de chauffage doit être réalisé aussi souvent que nécessaire et au moins deux fois par an. C’est en général le syndic qui se charge de le faire effectuer.

De façon générale, il faut prévoir deux ramonages par an pour les conduits de fumée en fonctionnement, dont un en période de chauffe. Le règlement sanitaire de chaque département peut donner des précisions et il est possible d’en prendre connaissance en mairie ou en préfecture.

Côté assurance, comme le rappelle la Fédération française de l’assurance, les dommages causés par un feu de cheminée aux biens assurés sont couverts par la garantie incendie comprise dans les contrats d’assurance multirisques habitation. Mais pour cela, encore faut-il avoir respecté les obligations d’entretien des conduits de fumée. Dans le cas contraire, en plus d’une éventuelle amende, il y a un vrai risque de réduction de l’indemnisation voire de refus pur et simple. Et un malheur n’arrivant jamais seul, la prime d’assurance pourrait ensuite être réévaluée à la hausse pour cause d’aggravation du risque couvert. Chaque année, des dizaines d’incendies, d’intoxications au monoxyde de carbone et de décès sont encore recensés suite à un manque d’entretien de la cheminée.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant