Votre avis: est-il facile de devenir propriétaire ?

le
5

Les prix baissent et les taux sont historiquement bas: la conjoncture semble propice à l'achat d'un premier logement. Les internautes sont-ils prêts à troquer leur casquette de locataire contre celle de propriétaire ? Pas si sûr...

Pour beaucoup, l'achat immobilier semble demeurer un idéal...inaccessible. «Avec 1000 euros de salaire, je ne suis pas près d'acheter», se résigne Jo Sharkoxigen Neuville. Nombre d'entre eux, à l'instar de Julien Canarezza, évoquent «l'éternel problème français: trop riches pour avoir des aides, trop pauvres pour vivre comme un riche». Sans doute font-ils allusion aux différents «coups de pouce» dont peuvent bénéficier les primo-accédants (prêt à taux zéro, prêt d'accession sociale...) qui, tous, sont soumis à des conditions de ressources. Au final, l'accession reste perçu comme l'apanage des classes aisées. «A l'heure actuelle pour acheter, il faut avoir au moins 5000 euros par mois», estime Brigitte Bondet.

La frilosité des établissements financiers vis-à-vis des primo-accédants est aussi pointée du doigt par les internautes. «Les banques ne prêtent pas facilement même avec deux contrats de travail à durée indéterminée et 2300 euros de salaire. Sans un apport minimal de 15.000 ou 20.000 euros, cela reste un rêve» regrette Alexandra Theys-Le Devin.

Ceux qui ont pu devenir propriétaires ont dû consentir quelques concessions. Par exemple, acheter un appartement plutôt qu'une maison. Cihan Karadduman témoigne «On n'est pas obligé d'acheter une maison. On peut commencer par un appartement. On paye le même prix qu'un loyer mais au moins, au final, on est propriétaire». Un raisonnement qui ne doit pas faire oublier qu'être propriétaire implique des dépenses que l'on ne connaissait pas en étant locataire: le paiement de la taxe foncière ou des grosses réparations, par exemple.

Pour beaucoup de ceux qui ont franchi le pas, accession rime avec rénovation! En effet, acheter un bien en mauvais état permet de bénéficier d'une décote sur le prix. Le plus souvent, pour limiter les frais, les travaux sont réalisés par l'acheteur lui-même. «On a pu acheter avec des travaux que l'on fait beaucoup par nous-mêmes!», témoigne Anne-Laure Le Goff.

Si certains acceptent d'hypothéquer leurs week-end pour retaper leur maison ou leur appartement, d'autres en revanche, restent réfractaires à l'achat immobilier. «Il faut réfléchir surtout si l'on n'est pas certain de rester dans le logement jusqu'à la fin de l'emprunt», avertit Guillaume B.Paris. Il estime par ailleurs, qu'être propriétaire est «un fil à la patte d'un point de vue professionnel».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dlabore le dimanche 22 mar 2015 à 16:25

    TU FAIS UN GROS CHEQUE et tu peux plus bouger tu paies les charges ,des vo leurs de syndics,les travaux ,et il te reste un tas de cailloux, je le sais je suis proprio

  • mark92 le dimanche 22 mar 2015 à 15:47

    Entre le syndic, les impôts, les contraintes pour vendre, mieux vaut rester ou devenir locataire. En plus l'immobilier va chuter car trop surévalué.

  • idem12 le samedi 21 mar 2015 à 21:55

    "pourquoi devenir propriétaire? " : je sais pas moi, pour évite de payer un loyer toute sa vie et être indépendant par exemple ?

  • frk987 le vendredi 20 mar 2015 à 18:55

    La mobilité professionnelle est INCOMPATIBLE avec l'accession...tous les politicards le savent mais....chut....faut bien retenir l'électeur par un fil à la patte par le biais d'aides au logement !!!!

  • faites_c le vendredi 20 mar 2015 à 18:51

    "Votre avis : est-il facile de devenir propriétaire ?" Il n'y a rien de plus facile!!! Il suffit de faire un gros chèque de banque à un notaire et dans la seconde qui suit vous êtes propriétaire. La question subsidiaire qui n'est pas posée et pour laquelle il n'y a pas non plus de réponse : pourquoi devenir propriétaire?