Voter par internet? La technologie n'est pas encore prête, selon des experts

le
0
Voter par internet? La technologie n'est pas encore prête, selon des experts
Voter par internet? La technologie n'est pas encore prête, selon des experts

Le vote par internet permettrait d'augmenter la participation aux élections dans le monde, mais les risques de fraudes et d'erreurs sont encore trop élevés pour que la technologie se généralise, conclut un rapport publié mercredi aux Etats-Unis."La sécurité doit fortement s'améliorer", souligne l'étude réalisée par le centre de réflexion Atlantic Council et la société McAfee.Les défis posés par le vote par internet dépassent de loin ceux du commerce électronique, estiment les auteurs. Les consommateurs affectés par le vol de leur numéro de carte de crédit ou par des fraudes peuvent être remboursés, mais il est difficile de réparer le préjudice subi par un électeur."La perte de bulletins est inacceptable", écrivent les auteurs. "Contrairement aux bulletins papiers, les suffrages électroniques ne peuvent pas être facilement recomptés".Des pirates pourraient paralyser une élection, ou pire, en changer les résultats sans être détectés.Un autre obstacle concerne la nécessité de vérifier l'identité des votants, sans trahir la confidentialité du vote.Lors d'un débat accompagnant la publication du rapport, l'expert Joseph Hall, du Center for Democracy and Technology, a précisé qu'il faudrait encore 30 ou 40 ans avant que ces problèmes technologiques soient résolus.Jordi Puiggali, dont la société Scytl édite des plateformes de vote par internet, a rappelé à l'inverse les risques du vote traditionnel, par exemple le bourrage d'urnes.Les chercheurs ont cité une étude publiée par l'Université du Michigan sur les dernières élections européennes en Estonie, premier pays à permettre le vote électronique pour un scrutin national.Selon l'étude, qui sera publiée en novembre, des pirates auraient pu "attaquer les serveurs électoraux ou les électeurs pour modifier les résultats de l'élection ou saper la légitimité du système". L'Estonie assure que ses systèmes étaient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant