« Voter ne sert à rien » : les abstentionnistes expliquent leur choix

le
0
Au premier tour des régionales, 50,1 % des inscrits ne sont pas allés voter.
Au premier tour des régionales, 50,1 % des inscrits ne sont pas allés voter.

Programmes non tenus, non-renouvellement des élus… des lecteurs ont expliqué au « Monde » pourquoi ils refusent désormais de se rendre à l’isoloir.

Vous avez été nombreux, très nombreux, à répondre à notre appel sur les raisons qui vous ont poussé (es) à renoncer au vote lors du premier tour des régionales, dimanche 6 décembre, ou avant. Si, bien entendu, la masse de vos témoignages n’a pas de valeur statistique, elle donne le sentiment que cette absence d’expression dans les urnes a besoin d’être justifiée, revendiquée et, finalement, fortement exprimée. Sans doute faut-il en déduire que la vie politique française passionne bel et bien ceux qui choisissent de ne pas participer au choix de ses représentants.

Nous sommes par ailleurs conscients que la grande majorité des réponses obtenues ne représente la parole que d’une partie des non-votants, les plus politisés, ceux qui ont fait de l’abstention un acte militant, et non ceux qui s’abstiennent par manque d’intérêt ou d’information, ou parce qu’ils sont mal inscrits sur les listes.

A chaque élection, la question revient – avant d’être le plus souvent éclipsée par les résultats des scrutins : pourquoi les électeurs s’abstiennent-ils en masse ? Lors du premier tour des élections régionales, le 6 décembre, 50,1 % des inscrits ne sont ainsi pas allés voter.

« Vote bafoué » en 2005 « Je ne vote plus depuis dix ans parce que je pense que cela ne sert à rien », lance de but en blanc François Bouchez, 54 ans. Cet habitant du Calvados ne manque pas d’arguments pour étayer son propos : il cite « l’inaction des instances élues, quelle que soit leur place dans le millefeuille d...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant