Vote FN : les sondeurs sur le banc des accusés

le
2
Dix ans après le crash sondagier du 21 avril, certains instituts n'ont une nouvelle fois pas réussi à prévoir le score élevé de Marine Le Pen. Au c?ur du problème : les difficultés qu'éprouvent encore les sondés à assumer leur vote.

Les sondages se sont-ils encore une fois «plantés», comme le prétend Nadine Morano? Force est de constater que les écarts entre les dernières intentions de votes prévues par les instituts et les scores définitifs du premier tour de la présidentielle posent parfois question. Marine Le Pen, plus particulièrement, a été sous-estimée dans toutes les dernières enquêtes d'opinions. Il y avait pourtant un précédent, il y a dix ans très précisément. En 2002, aucun institut de sondage n'avait prévu la qualification de Jean-Marie Le Pen au second tour. Dans les dernières semaines avant le scrutin, le candidat frontiste, malgré une hausse régulière, stagnait autour de 13%, près de quatre points en-deçà de son score définitif de 16,9%.

En 2012, les écarts entre les dernières prévisions et le niveau réel de Marine Le Pen sont variables.

Dernières vagues d'intentions de vote pour les principaux candidats et écart entre les prévisions et le score définitif de Marine Le Pen.
Dernières vagues d'intentions de vote pour les principaux candidats et écart entre les prévisions et le score définitif de ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • denisam1 le lundi 23 avr 2012 à 21:46

    leur enfumage à quand même fonctionné un peu....

  • speedy36 le lundi 23 avr 2012 à 20:32

    La preuve qu'il est toujours honteux d'avoir à révéler le vote FN, donc le FN n'est toujours pas un parti comme les autres, c 'est un ramassis de grincheux, de déçus de tout bord, prêt à jouer avec leur bulletin de vote, comme avec une roulette russe