Vote du plan Valls : «l'opposition constructive» divise les centristes

le
1
Vote du plan Valls : «l'opposition constructive» divise les centristes
Vote du plan Valls : «l'opposition constructive» divise les centristes

Des députés PS qui s'abstiennent, des écologistes qui votent contre l'exécutif, des centristes qui s'émancipent de l'UMP : mardi, lors du scrutin organisé à l'Assemblée sur le programme de stabilité présenté par Manuel Valls, les lignes semblent avoir bougé entre majorité et opposition. Si la droite ironise sur la «majorité obtenue au rabais», le Premier ministre lui semble prêt à exploiter toutes les ouvertures.

Ainsi au lendemain de l'adoption de son plan d'économies de 50 milliards d'euros, auquel trois députés UDI ont apporté leur voix, alors que 17 centristes se sont abstenus et 7 seulement ont voté contre, les présidents des groupes parlementaires centristes, le député Philippe Vigier et le sénateur François Zocchetto, ont été reçus à Matignon.

«Avec l'opposition constructive, on n'est pas dans la majorité, on n'est pas des supplétifs. Nous se sommes pas là pour être une majorité de rechange», a expliqué Philippe Vigier à sa sortie de l'entretien, qui n'était pas inscrit à l'agenda des activités officielles du Premier ministre. «Notre volonté c'est d'aborder les questions de fond et naturellement on l'a interrogé sur les questions les plus brûlantes», comme le financement détaillé du programme de stabilité budgétaire, a-t-il dit.

«Nous avons dit notre disponibilité pour travailler. Travailler ça ne veut pas dire se compromettre», a-t-il poursuivi, demandant notamment «à ce qu'on soit consulté très en amont sur les textes». «L'opposition constructive, c'est d'être une opposition de proposition»", a renchéri François Zocchetto. En matière de vote, a-t-il ajouté, «on fera au cas par cas», «si le gouvernement prend en compte nos amendements, s'il emprunte cette voie, on les accompagnera».

«Pour l'instant, il y a eu une écoute, une attention bienveillante, on verra ensuite, des paroles et des actes, si oui ou non cette volonté affichée sera durable dans les faits», a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le jeudi 1 mai 2014 à 10:36

    Une attention bienveillante envers un ex de l'intérieur qui n'avait de cesse que de faire taba.sser les anti mariage pour tous pendant que sa collègue de la justice vide les prisons de criminels notoires, je n'en ai pas !