Vote des adhérents UMP : Copé reste président jusqu'en 2015

le
0
Vote des adhérents UMP : Copé reste président jusqu'en 2015
Vote des adhérents UMP : Copé reste président jusqu'en 2015

Les adhérents de l'UMP ont décidé à près 93% que Jean-François Copé resterait le président de leur parti jusqu'à novembre 2015, selon les résultats du vote organisé de vendredi à dimanche par le premier parti de l'opposition. Les adhérents ont également approuvé, à un peu plus de 92%, les nouveaux statuts de l'UMP, qui instaure notamment le principe d'une primaire avant l'élection présidentielle.

Sur les 315 000 adhérents, 85 000 environ ont voté. A une très large majorité, ils ont dit oui aux nouveaux statuts de l'UMP et non à une nouvelle élection pour la présidence du parti en septembre. M. Copé reste donc président du parti jusqu'en novembre 2015. Son élection controversée, le 18 novembre dernier, avait été suivie d'une période de vives tensions entre ses partisans et ceux de son rival François Fillon, les deux camps s'accusant mutuellement de tricheries.

Avec l'ancien Premier ministre, « depuis six mois, nous avons énormément travaillé ensemble, ce qui nous a permis de trouver l'esprit de réconciliation nécessaire», assure M. Copé, interrogé par Le Figaro. « Mais l'UMP ne se résume pas à François Fillon et moi. L'UMP, ce sont de très nombreuses personnalités, chacune avec leur sensibilité. Il n'y a pas de drame à cela tant que l'on garde à l'esprit notre objectif : nous incarnons collectivement l'alternance et nous devons gagner ensemble au service de la France. Nous devons aux militants l'unité, pas la politique politicienne», affirme-t-il. « Nous pouvons enfin nous consacrer à reconquérir le coeur des Français. Pour ce qui me concerne, seul cet objectif m'engage. Ce vote ne vient pas sanctuariser un état de fait, au contraire il libère les énergies. »

Fillon reste prudent

« Après le fiasco de novembre 2012 qui a miné la réputation de l'UMP et révélé les failles de son fonctionnement », le parti est « désormais remis sur des rails démocratiques solides », estime de son côté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant