Vote de confiance à l'Assemblée : Valls n'exclut pas "un accident"

le
0
Avant le vote de confiance mardi dans l'hémicycle, Manuel Valls prévient qu'il ne changera pas de politique.
Avant le vote de confiance mardi dans l'hémicycle, Manuel Valls prévient qu'il ne changera pas de politique.

Semaine décisive pour Manuel Valls. À quelques jours du vote de confiance qu'il a sollicité pour son nouveau gouvernement, le Premier ministre sait que la grogne monte et que la majorité ne sera pas si simple à rassembler. "La question n'est pas de savoir si ça passe, mais de passer avec de la force, des marges. Il peut toujours y avoir un accident", affirme ainsi Manuel Valls dans un entretien donné au Journal du dimanche, appelant donc la gauche à "être forte". S'il dément être "dans la menace" ou "le caporalisme", le chef du gouvernement ne veut plus des disputes qui agitent son camp, qui poussent, selon lui, les Français à remettre leur capacité de gouverner en question.

Pour remporter "avec de la force" le vote de confiance, Manuel Valls explique qu'il "redonnera du sens". "Je rappellerai ce qui nous différencie de la politique de droite", explique-t-il notamment au journal, évoquant les "50 milliards d'économies sur trois ans". "Je prononcerai un discours sur le sens, la perspective, l'agenda et les valeurs du moment que nous traversons", ajoute le Premier ministre, avant d'expliquer qu'il insistera "sur la gravité du moment".

Le Premier ministre annonce donc qu'il ne changera pas de politique. "Je vois bien le discours d'une partie de la gauche, mais je ne vois pas en quoi c'est une alternative crédible", souligne-t-il notamment dans les colonnes du JDD. Il se déclare toutefois "ouvert au débat", refusant "les anathèmes".

"La...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant