Vos tubes de l'été (37) : "Lambada"

le
0

La lambada restera dans l'histoire de la publicité comme l'un des plus beaux coups commerciaux... et dans celle de la contrefaçon, comme l'un des plagiats les plus fumeux. Mais pour le grand public, c'est sans conteste "le" tube et "la" danse de l'année 1989.

Tout a commencé lorsque deux producteurs français, Jean Karakos et Olivier Lorsac, découvrent pendant un voyage au Brésil "Llorando se fue", une chanson sortie en 1981 et interprétée par un groupe bolivien, Los Kjarkas. De retour en France, les deux malins montent Kaoma, un groupe composé d'une chanteuse brésilienne, Loalwa Braz, du bandonéoniste de tango argentin Juan José Mosalini, qui habitent tous deux en France. Les accompagnent également des musiciens guadeloupéen, martiniquais, toulousain et sénégalais. Ils remettent "Llorando se fue" à leur sauce, remplaçant l'espagnol par le portugais, et l'accordéon par la flûte de pan. Regardez le clip officiel de "La Lambada" :

Le succès est immédiat... et planétaire. À tel point que les frères Ulises et Gonzalo Hermosa, qui composent le groupe Los Kjarkas, entendent le tube et réalisent qu'ils se sont fait voler. En effet, aussi incroyable que cela puisse paraître, les producteurs de Kaoma n'ont jamais demandé l'autorisation du groupe bolivien pour plagier littéralement sa chanson !

Regardez le clip de "Llorando se fue" :

La ficelle est trop grosse : les Boliviens attaquent en justice, portés par leur maison de disques,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant