Volvo prévoit un début d'année 2013 difficile

le
0
BAISSE DU BÉNÉFICE PLUS IMPORTANTE QUE PRÉVU POUR VOLVO AU QUATRIÈME TRIMESTRE
BAISSE DU BÉNÉFICE PLUS IMPORTANTE QUE PRÉVU POUR VOLVO AU QUATRIÈME TRIMESTRE

STOCKHOLM (Reuters) - Volvo a fait état mercredi d'un début d'année difficile, dans le prolongement du quatrième trimestre qui a vu une baisse du bénéfice plus importante que prévu, conséquence d'une demande faible sur ses principaux marchés ayant pesé sur l'activité de ses chaînes de production.

Volvo a enregistré une baisse de ses commandes de 10% en base annuelle au quatrième trimestre, laissant présager un premier trimestre difficile. Les commandes ont fléchi partout à l'exception de l'Amérique du Sud. Les analystes anticipaient cependant un recul plus prononcé, de 13%.

"La profitabilité sera impactée par la faible utilisation des capacités, un haut niveau de dépenses de recherche et développement et les coûts générés par le lancement de nouveaux produits", a déclaré Olof Persson, directeur général de Volvo, dans un communiqué.

"Cependant, nous anticipons une amélioration progressive des conditions de marché durant l'année 2013, lorsque la croissance économique de par le monde gagnera en ampleur", a-t-il ajouté.

Le bénéfice d'exploitation a été de 1,12 milliard de couronnes suédoises (130,4 millions d'euros) au quatrième trimestre contre 6,96 milliards un an auparavant et un consensus Reuters donnant 2,19 milliards.

Une utilisation des capacités médiocre et une hausse des charges de restructuration plus forte que prévu - 990 millions de couronnes suédoises contre 565 millions anticipées par les analystes - ont pesé sur les résultats.

Le chiffre d'affaires trimestriel a pareillement fait moins que le consensus, ressortant à 71,8 milliards de couronnes contre 73 milliards attendu.

Le groupe suédois avait annoncé il y a quelques semaines avoir détrôné Daimler de la place de numéro un mondial des poids lourds grâce à la mise sur pied d'une coentreprise en Chine avec Dongfeng.

Volvo, qui construit des poids lourds sous les marques Renault, Mack, UD Trucks et Eicher, ainsi que sous son propre nom, a précisé qu'il continuait à prévoir une stagnation de la demande cette année en Europe et en Amérique du Nord.

Le groupe a au contraire relevé sa prévision sur le marché brésilien de 10.000 camions à 105.000, les aides publiques ayant provoqué une hausse de la demande.

Niklas Pollard et Helena Soderpalm, Wilfrid Exbrayat, Constance de Cambiaire pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant