Volvo fait moins bien que prévu au 4e trimestre

le
0
LE RÉSULTAT OPÉRATIONNEL TRIMESTRIEL DE VOLVO INFÉRIEUR AUX ATTENTES
LE RÉSULTAT OPÉRATIONNEL TRIMESTRIEL DE VOLVO INFÉRIEUR AUX ATTENTES

par Niklas Pollard et Johannes Hellstrom

STOCKHOLM (Reuters) - Volvo a beau avoir relevé ses prévisions de marché pour l'Amérique du Nord et l'Europe, les investisseurs ont surtout retenu le résultat opérationnel du quatrième trimestre très nettement inférieur aux attentes annoncé jeudi par le constructeur de camions suédois.

De ce fait, le titre du propriétaire des marques Volvo, Mack, Renault et UD cédait vers 10h15 GMT 3,38% à 95,80 couronnes à la Bourse de Stockholm alors que l'indice regroupant les valeurs industrielles européennes dont il fait partie est de son côté inchangé (+0,06%).

Volvo, en lutte avec Daimler et Volkswagen pour la position de numéro un mondial des camions, anticipe une forte demande dans ce segment aux Etats-Unis, tout en soulignant que sa division engins de construction allait souffrir en raison du ralentissement économique chinois.

Le groupe suédois, premier employeur privé du pays et sa première entreprise par le chiffre d'affaires, prévoit d'ailleurs un millier de suppressions d'emplois dans cette division.

Volvo table désormais sur un marché des camions de 240.000 unités en Europe et de 310.000 en Amérique du Nord.

DAIMLER PLUS PRUDENT SUR L'EUROPE

Daimler s'est montré plus prudent au sujet du marché européen des poids lourds, le voyant inchangé en 2015, même si le groupe allemand prévoit une forte hausse de ses ventes de camions au vu de l'augmentation de son carnet de commandes.

"Volvo a relevé sa prévision pour l'Amérique du Nord, ce qui était attendu, même si l'ampleur de la révision est importante. Le groupe a également relevé ses perspectives pour l'Europe, ce qui était inattendu et ce qui est donc positif", a déclaré Hampus Engellau, analyste chez Handelsbanken Capital Markets.

Pour les trois derniers mois de 2014, Volvo a fait état d'un bénéfice d'exploitation hors provisions et charges de restructuration de 3,02 milliards de couronnes (321 millions d'euros) contre 3,08 milliards un an plus tôt et alors que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 3,73 milliards.

La marge opérationnelle a reculé à 3,9% contre 4,0%, loin du consensus de 4,9%.

Le groupe de Göteborg est sous la pression des actionnaires pour montrer les effets de plusieurs années de réduction des coûts visant à augmenter des trois points de pourcentage sa marge opérationnelle d'ici 2015.

Le fonds activiste Cevian, deuxième actionnaire de Volvo en termes de droits de vote, avait dit en juillet que le groupe devait normalement être en mesure d'arriver en 2015 à une marge à deux chiffres.

"Notre plan de restructuration se déroule comme prévu et nous avons une bonne dynamique dans nos différentes activités", a déclaré Olof Persson, directeur général de Volvo, lors d'une conférence de presse, en référence à un programme visant à réduire les coûts de 10 milliards de couronnes.

L'annonce d'un bénéfice trimestriel inattendu au troisième trimestre a permis au titre Volvo de faire mieux que l'indice sectoriel depuis la fin du mois d'octobre, affichant sur la période un gain de quelque 27%.

Mais la valeur a fait nettement moins bien que le secteur depuis qu'Olof Persson a pris les rênes de l'entreprise en 2011.

(Véronique Tison et Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant