Volvo entrevoit son redressement pour 2015

le
0

par Niklas Pollard et Helena Soderpalm

GOTEBORG, Suède (Reuters) - Volvo, le deuxième constructeur mondial de poids lourds, s'attend à ce que sa réorganisation stratégique produise ses pleins résultats en 2015 après le lancement de nouveaux modèles cette année, avec un bénéfice opérationnel qui devrait avoir augmenté de neuf milliards de couronnes.

Ce montant représenterait une augmentation de 50% du bénéfice d'exploitation du groupe suédois, qui a atteint 17,6 milliards de couronnes (2,0 milliards d'euros) en 2012.

Devant un parterre d'investisseurs et d'analystes réunis à Göteborg, le directeur général Olof Persson a dit prévoir une hausse de deux milliards de couronnes du résultat cette année puis de six milliards en 2014, hors coûts de restructuration.

Cette prévision s'appuie sur l'hypothèse d'un chiffre d'affaires net de 300 milliards de couronnes, contre 303,6 milliards en 2012.

Volvo, qui commercialise des camions sous les marques Renault, Mack, UD et Eicher en plus de sa marque éponyme, a vu son cours de Bourse sous-performer ceux de ses pairs depuis la publication de résultats décevants pour le troisième trimestre, mais il compte sur le lancement de nouvelles lignes de produits cette année et en 2014 pour inverser la tendance.

Le groupe, dont la profitabilité est à la traîne sur celle de Scania, a l'ambition d'accroître sa marge opérationnelle de trois points de base d'ici la fin 2015 par rapport à ses niveaux de 2012, voire de cinq points de base si la conjoncture s'améliore durablement.

Sur les neuf premiers mois de 2013, elle était de 3,1% seulement contre 7,4% un an plus tôt. A titre de comparaison, Scania a dégagé une marge de près de 10% sur la même période.

Les analystes prévoient en moyenne une marge opérationnelle de 8,1% en 2015 et qui atteindrait 10,0% en 2016, loin des 11,7% visés par Volvo à cette échéance, selon les estimations compilées par Reuters.

L'estimation moyenne de 24 gérants interrogés par la banque norvégienne DNB est encore plus basse : 7,8% seulement en 2016.

Reflet de la défiance des investisseurs, l'action Volvo a perdu 11% de sa valeur au cours des derniers mois, à comparer à une baisse de 3% pour Scania. Daimler, le numéro un mondial, a gagné 15% sur la période.

Volvo, première entreprise suédoise par le chiffre d'affaires et le nombre de salariés, a annoncé en octobre la suppression de 2.000 emplois dans ses services administratifs et une réorganisation de ses lignes de production.

Véronique Tison pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant