Vols retardés, annulés ou surbookés: des justiciers des airs sur internet

le
0
Vols retardés, annulés ou surbookés: des justiciers des airs sur internet
Vols retardés, annulés ou surbookés: des justiciers des airs sur internet

En cas d'annulation de vol, refus d'embarquement ou retard, un règlement européen prévoit une indemnisation: tablant sur la méconnaissance des passagers de leurs droits et les réticences des compagnies à mettre la main à la poche, les sites proposant un service de justicier des airs fleurissent.Airindemnité, Airhelp, AirRefund, Claimflights, EUclaim, Flightright, Gate28,RefundMyTicket, Refund me, Retardvol, Vol-retarde, Weclaim...: ces sites proposent d'aider le voyageur dns ses démarches auprès des compagnies aériennes pour obtenir indemnisation. Leur rôle va du simple remplissage d'un formulaire aux poursuites en justice, moyennant le plus souvent une rémunération sur la base d'un pourcentage des sommes récupérées.Le montant de l'indemnité prévue en cas d'annulation ou de refus d'embarquement et de retard de plus de trois heures varie en fonction de la longueur du trajet et peut atteindre jusqu'à 600 euros.Là où le passager peut très vite se sentir découragé, "nous on ne lâche jamais", explique à l'AFP Johan Orsingher, l'un des associés de Refundmyticket et s'il le faut, des poursuites peuvent être engagées pour "résistance abusive".Selon une enquête Harris interactive, réalisée pour Gate28 en juillet en France auprès d'un échantillon de 1.017 personnes, une "écrasante majorité des voyageurs (81%) perçoit les procédures de remboursement comme complexes". Faute d'informations suffisantes, ils n'engagent pas de procédure.Selon les responsables de Refundmyticket, "seuls 5% des passagers qui le pourraient réclament l'indemnité prévue" et "seuls 15% qui lancent seuls une procédure parviennent à être indemnisés in fine". - Complexité administrative -Complexité administrative, formulaires bien cachés sur le site des compagnies, cases techniquement impossibles à remplir, délais décourageants, langue inconnue, réponses "pernicieuses", sont autant d'embûches ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant