Volkswagen ramène ses investissements à 12 mds en 2016

le
0

* Volkswagen abaisse d'un milliard d'euros son programme d'investissements * Soixante-quinze mille véhicules supplémentaires aux Etats-Unis concernés par la fraude aux émissions * L'action a gagné 2,46% (Actualisé avec le scandale concernant des véhicules supplémentaires) par Andreas Cremer WOLFSBURG, Allemagne, 20 novembre (Reuters) - Volkswagen VOWG_p.DE va réduire son programme d'investissements d'un milliard d'euros en 2016, pour le ramener à environ 12 milliard d'euros, a annoncé vendredi le conseil de surveillance du premier constructeur automobile européen, confronté au scandale des émissions polluantes de ses véhicules. Ce dernier semble s'élargir encore davantage puisque le groupe a déclaré aux autorités américaines que les problèmes relatifs aux niveaux d'émissions polluantes de ses voitures de grosses cylindrées remontaient à 2009 et concernaient 75.000 véhicules supplémentaires aux Etats-Unis, a annoncé de son côté l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA). Les analystes estiment que ce scandale pourrait coûter à Volkswagen au moins 40 milliards d'euros en amendes, en frais juridiques et en remise aux normes des véhicules. "Nous évoluons dans une période incertaine et volatile et nous y réagissons", déclare le président du directoire du groupe, Matthias Müller, cité dans un communiqué. "Nous allons établir strictement des priorités entre tous nos projets d'investissements (...) Tout ce qui n'est pas absolument nécessaire sera annulé ou reporté", ajoute-t-il. Il s'agit des premières coupes dans ses investissements décidées par Volkswagen depuis la crise financière internationale en 2009. Alors que le groupe avait l'habitude de présenter des plans pluri-annuels d'investissements, il s'est contenté vendredi d'annoncer ses intentions uniquement pour l'année prochaine, sans fournir de chiffres sur ses activités de recherche et développement. Dans le plan présenté l'an dernier, celles-ci représentaient environ un quart des dépenses globales de 85,6 milliards d'euros prévues sur la période 2015-2019. Bernd Osterloh, président du puissant conseil d'entreprise, a déclaré dans un communiqué que le conseil de surveillance se pencherait à nouveau sur ces questions lors de sa première réunion de 2016. "Nous allons garder un oeil particulièrement attentif sur la situation de l'emploi", a dit le représentant syndical. "Nous observons des risques ici sur certains sites, particulièrement en matière d'emploi temporaire." L'OCCASION DE CHANGEMENTS Des analystes exhortent de longue date le constructeur allemand à réduire ses dépenses et à gagner en efficacité, les marges de sa marque principale, Volkswagen, étant inférieures à celles de ses concurrents. Ils imaginent que le scandale pourrait fournir à la direction l'occasion d'imposer ces changements à des syndicats perçus comme réticents. L'action préférentielle Volkswagen, qui a fondu d'un tiers depuis que le scandale a éclaté le 18 septembre, a terminé en hausse de gagnait 2,46% à 108,45, signant la plus forte hausse de l'indice Dax .GDAXI à la Bourse de Francfort. Alors que le scandale affecte essentiellement les moteurs diesel, Matthias Müller a annoncé que VW allait accroître l'année prochaine de 100 millions d'euros par rapport aux objectifs initiaux les investissements dans les technologies alternatives comme les véhicules électriques et hybrides. Il a aussi déclaré que la construction d'un nouveau centre de dessin au siège du groupe à Wolfsburg était suspendue, ce qui devrait permettre d'économiser environ 100 millions d'euros, tandis que la construction d'un atelier de peinture au Mexique était en cours de réexamen. Quant aux modèles, la sortie du successeur du Phaeton, un modèle électrique, est reportée. Volkswagen a aussi annoncé que Matthias Müller allait assurer l'intérim à la tête des ressources humaines du groupe le temps de trouver un remplaçant à l'actuel titulaire du poste, Horst Neumann, qui part à la retraite fin novembre. Deux nouveaux représentants du personnel ont enfin été nommés au conseil de surveillance. (Bertrand Boucey pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant