Volkswagen promet de renforcer ses contrôles internes

le
0
    WOLFSBURG, Allemagne, 10 décembre (Reuters) - Volkswagen 
 VOWG_p.DE  a annoncé jeudi des mesures destinées à renforcer la 
surveillance du développement de ses logiciels pour moteurs, 
afin d'éviter à l'avenir des manipulations du type de celle des 
tests anti-pollution aux Etats-Unis, à l'origine de la plus 
grave crise de l'histoire du groupe. 
    Le constructeur automobile allemand a ajouté que l'ensemble 
des structures de direction de ses activités serait remaniées 
d'ici début 2017. 
    Le numéro un européen du secteur a ouvert en septembre des 
enquêtes internes et externes après avoir reconnu avoir truqué 
les résultats des tests d'émissions polluantes de plusieurs 
modèles diesel vendus sur le marché américain.  
    "Aucune raison commerciale ne justifie de franchir les 
limites juridiques et éthiques", a déclaré le président du 
conseil de surveillance, Hans Dieter Pötsch, lors d'une 
conférence de presse jeudi. "Même si nous ne pouvons pas 
empêcher une fois pour toutes des infractions individuelles, il 
sera très difficile à l'avenir de contourner nos procédures." 
    Il a ajouté que l'enquête menée par le cabinet juridique 
américain Jones Day progressait mais qu'il faudrait du temps 
pour qu'elle aboutisse à des conclusions.  
    Il a précisé que le groupe ne publiait pour l'instant le nom 
d'aucun salarié impliqué mais qu'il était probable que quelques 
uns d'entre eux seulement aient pris part à la tromperie. 
     
    "UNE CHAÎNE D'ERREURS" 
    "Nous ne parlons pas ici d'une erreur ponctuelle mais d'une 
chaîne d'erreurs", a-t-il toutefois souligné.  
    De son côté, le président du directoire, Matthias Müller, a 
expliqué que le scandale des émissions donnait l'occasion à VW 
d'entreprendre des réformes structurelles nécessaires.  
    Depuis le début de cette année, le directoire du groupe a 
intégré six nouveaux membres et les équipes de direction de sept 
des 12 marques du groupe ont été remaniées.  
    Müller a expliqué que la nouvelle structure en cours 
d'élaboration visait à renforcer les pouvoirs des directions 
régionales et des marques. Le détail de cette nouvelle structure 
sera connu au premier trimestre de l'an prochain et elle sera 
mise en place au plus tard début 2017. 
    "Aussi grave que soit cette crise, elle nous offre aussi 
l'opportunité de mettre en oeuvre des changements structurels 
nécessaires, et nous saisirons cette opportunité", a assuré 
Matthias Müller. 
    Il a par ailleurs assuré que VW était en relations 
"constantes et nourries" avec les autorités américaines de 
protection de l'environnement, à l'origine du scandale 
mi-septembre, mais il n'a pas précisé quelles solutions le 
groupe avait proposées. 
    A la Bourse de Francfort,  l'action Volkswagen cédait 0,87% 
à 130,60 euros vers 13h00 GMT alors que l'indice Stoxx européen 
du secteur automobile était pratiquement stable.  
    Le titre, tombé brièvement sous 90 euros au plus fort de la 
crise début octobre, a ramené depuis à moins de 20% son recul 
depuis l'éclatement du scandale.  
     
 
 (Georgina Prodhan; Marc Angrand pour le service français, édité 
par Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant