Volkswagen n'a pas un besoin urgent d'un président-Osterloh

le , mis à jour à 13:52
0

WOLFSBURG, Allemagne, 3 juin (Reuters) - Volkswagen VOWG_p.DE n'a pas besoin de nommer un président permanent du conseil de surveillance tant que la nouvelle structure du groupe n'est pas arrêtée, a déclaré à Reuters Bernd Osterloh, le président du conseil d'entreprise du géant automobile allemand. Le premier constructeur européen n'a plus de président du conseil de surveillance depuis le départ en avril de Ferdinand Piëch, poussé à la démission après avoir révélé son désaccord avec le président du directoire, Martin Winterkorn. Les représentants des salariés, qui détiennent la moitié des sièges au conseil de surveillance, et le Land de Basse-Saxe, qui possède 20% du capital, sont associés à la recherche de son successeur. "Nous voulons d'abord qu'il y ait un débat sur la structure de l'entreprise, ensuite nous pourrons parler de la présidence du conseil de surveillance", a dit Bernd Osterloh, dont le soutien à Martin Winterkorn ces derniers mois a renforcé l'influence. "Nous n'avons pas encore ouvert le débat sur le président du conseil de surveillance", a-t-il ajouté, précisant que le sujet serait débattu dans le courant de l'année. Il a estimé que l'organisation du groupe devait être adaptée aux différentes plates-formes de production dont s'est dotée l'entreprise: MQB pour les modèles petits et moyens, MLB pour les grands modèles et MSB pour les voitures sportives. "Une nouvelle structure de l'entreprise devrait refléter ces plates-formes modulaires. Les différentes marques devraient être contraintes d'adhérer aux spécifications des différentes plates-formes", a-t-il expliqué. Le groupe est pour l'instant organisé en fonction de son portefeuille de marques, qui inclut VW, Audi, Skoda, Seat, Lamborghini, Bentley et Bugatti, mais aussi les poids-lourds MAN et Scania. "Les décisions sur les plates-formes doivent être prises à Wolfsburg", a insisté Bernd Osterloh, ajoutant que le siège du groupe devait pouvoir veiller à ce que les marques respectent les spécifications des différentes plates-formes. Il a estimé que la nouvelle structure devrait être présentée en septembre et accompagnée d'une stratégie allant au-delà de 2018. "L'entreprise a besoin de pouvoir prendre plus rapidement des décisions et a besoin d'un directoire plus resserré. Les régions ont besoin de plus de compétences pour prendre des décisions", a-t-il dit. (Jan Schwartz et Edward Taylor, Marc Angrand pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant