Volkswagen : le tournant de l'électrique menace-t-il l'emploi ?

le
6
Rechargement d'une voiture électrique Volkswagen à Londres le 10 novembre.
Rechargement d'une voiture électrique Volkswagen à Londres le 10 novembre.

L’annonce de la suppression de 30 000 emplois par le constructeur allemand a provoqué un choc. Mais si le moteur électrique nécessite moins de main-d’œuvre que le moteur thermique, ce dernier n’est pas près de disparaître.

Un choc en Allemagne, un frisson dans le monde entier. En annonçant, vendredi 18 novembre, la suppression de 30 000 emplois dont 23 000 outre-Rhin, Volkswagen (VW) – la « voiture du peuple » – a changé d’époque.

L’entreprise a pris acte sur le plan social de son virage stratégique. Ce tournant majeur, pris sous la contrainte du scandale des moteurs truqués, a conduit la marque à se lancer avec toute sa puissance dans la voiture électrique.

Le géant allemand compte vendre plus de trente modèles de véhicules électriques d’ici à 2025. « Volkswagen va développer l’une des meilleures offres électriques et hybride du marché », constate Laurent Petizon, directeur au cabinet de conseil spécialisé en automobile AlixPartners.

Or le moteur électrique est un objet relativement simple. La propulsion électrique nécessite un sixième des pièces d’un moteur à explosion, sans compter l’absence de boîte de vitesses. Sa valeur dans le coût final d’un véhicule avoisine les 10 %. C’est quatre fois plus pour une motorisation à essence ou diesel ; celles-ci nécessitent un plus grand nombre d’ingénieurs, de techniciens et d’opérateurs pour leur développement et leur fabrication.

Déplacement majeur des compétences De là à voir dans l’électromobilité un fossoyeur des emplois automobiles, il n’y a qu’un pas. « La voiture électrique nécessite moins d’intensité de main-d’œuvre, confirme un constructeur concurrent de VW. A la production, mais aussi à l’entretien et à la prévente. »

Alors, qu’est-ce qu...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 11 mois

    Ce que VW ne vous dit pas c'est que les modeles electriques seront en partie sur base d'hydrogene.....Autonomie de 500 km, pollution zero, cout trés faible en maintenance et fini le probleme des Batteries, remplacées parr une pile à combustible. Evidemment sans moteur mécanique ni boite le metier change et justifie les changement de compétences. Les garages automobiles vont souffrir..... et se recycler

  • monjohn il y a 11 mois

    C'est comme avec la récolte des pommes, de nos jours on secoue les arbres , le fruit tombe dans un fillet, un engin les ramasse. trois employés au max...

  • M1961G il y a 11 mois

    il est intéressant de constater qu'au moment ou le travail disparait de plus en plus que la droite française veut la semaine de travail à 39 h au lieu de 35h et d'allonger le départ à la retraite à 65 ans . ces deux réformes vont créer 500000 à 1 million de chômeurs en plus . dans un monde ou le travail va devenir rare , l'europe doit se concerter et on doit plutôt travailler 32h et la retraite à 60 ans , non !!!!!!

  • Mig737 il y a 11 mois

    Ces pertes d'emploi sont uniquement liées au Diesel-gate, il faut forcément faire des économies pour amortir les dizaines de milliards que ça va couter! Mais ce n'est pas politiquement correcte alors on met ça sur le dos de l'écologie!

  • gl060670 il y a 11 mois

    On revient toujours à la même conclusion, les impôts et charges détruisent l'emploi et font baisser les salaires des français.

  • pierry5 il y a 11 mois

    Ce n'est pas la voiture électrique qui génère ces pertes d'emploi, proportionnellement on en vend presque pas. C'est la robotisation et la délocalisation de secteurs entiers vers les pays de l'Est dont la main d'oeuvre et la fiscalité sont beaucoup moins élevés. Le Made in Germany c'est de beaux slogans pour la populace mais les entrepreneurs s'en fichent éperdument. L'argent n'a pas de frontière.