Volcan Cotopaxi : état d'urgence et contrôle des médias en Equateur

le
0
Volcan Cotopaxi : état d'urgence et contrôle des médias en Equateur
Volcan Cotopaxi : état d'urgence et contrôle des médias en Equateur

Les autorités équatoriennes ont émis une «alerte jaune», signe de stabilisation de l'activité volcanique du Cotopaxi. Elles ont instauré l'état d'exception pour pouvoir déployer les moyens humains et matériels nécessaires aux évacuations de populations menacées. Cependant, le gouvernement de Rafael Correa, sous couvert de risques de désinformation, a établit une censure des médias sur les aspects liés à l'éruption.

La zone de risque entourant le volcan enneigé, situé à 45 km au sud de Quito, recouvre en partie trois régions du centre et du nord du pays Cotopaxi, Napo et Pichincha, a expliqué lors d'une conférence de presse la ministre de Gestion nationale des risques, Maria del Pilar Cornejo. «Dans la zone affectée de la région de Cotopaxi, nous estimons à 110.000 personnes (ndlr : la population pouvant être touchée). Dans la zone de Pichincha, 80.000 à 200.000, et dans la région de Napo, autour de 15.000 personnes», a-t-elle indiqué, soit un total potentiel de 325.000 personnes environ, qui «pourraient être affectées par le flux de lave».

Cette lave, en faisant fondre la neige, pourrait déclencher de dangereuses avalanches, craignent les autorités. «Nous avons noté une légère augmentation du débit des rivières (ndlr : en contrebas du volcan), ce qui pourrait être dû au dégel survenu dans la partie haute du volcan», a indiqué le ministre coordinateur de Sécurité, César Navas, précisant toutefois que, depuis samedi, «il n'y a pas eu de projection de flux pyroclastique (ndlr : matériel incandescent), donc il n'y a pas de présence de coulées de lave».

Considéré comme l'un des plus dangereux du monde, le volcan, qui culmine à 5.897 mètres d'altitude, a été secoué depuis vendredi par de nombreuses explosions, dégageant d'imposantes colonnes de cendres ainsi que des fragments solides et incandescents. L'éruption, la première depuis 1877, a entraîné l'instauration de l'état d'exception ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant