Volatilité sur les marchés européens, en hausse à mi-séance

le
0
VOLATILITÉ SUR LES MARCHÉS EUROPÉENS, EN HAUSSE À MI-SÉANCE
VOLATILITÉ SUR LES MARCHÉS EUROPÉENS, EN HAUSSE À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - L'onde de choc provoquée par la Banque nationale suisse (BNS) continue vendredi d'alimenter la volatilité sur les Bourses européennes, orientées à la hausse à mi-séance après une matinée dans le rouge dans un climat d'aversion au risque favorisant les valeurs refuge.

La Bourse de Zurich est la plus ébranlée au lendemain de l'abandon du cours plancher de 1,20 franc suisse pour un euro. Son principal indice SMI abandonne 3,97% après avoir déjà fondu de 8,67% la veille en raison de la forte appréciation du franc suisse face à l'euro et au dollar depuis jeudi.

"La probabilité, c'est que l'économie suisse va devoir être intégralement réévaluée", estime Lorne Bring, directeur exécutif du gestionnaire de fortune B Capital basé à Genève. "Le tourisme et les exportations vont le ressentir (...) et les investisseurs suisses détenant des actifs de la zone euro et des Etats-Unis vont se sentir trahis par la Banque nationale suisse."

À Paris, le CAC 40 gagne 0,59% (25,41 points) à 4.348,61 points vers 12h30. À Francfort, le Dax prend 0,28% et à Londres, le FTSE est quasiment stable. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 0,15% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,62%.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse après déjà cinq séances consécutives de repli.

La décision inattendue de la BNS d'arrêter de contenir le franc suisse alimente un climat d'incertitude sur les marchés une semaine avant une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) qui, selon les paris des investisseurs, devrait déboucher sur un programme de rachats de dettes souveraines.

Cette perspective, renforcée par la confirmation d'une inflation négative en décembre dans la zone euro, contribue depuis plusieurs semaines à affaiblir l'euro, qui se traite sous 1,16 dollar, tout près d'un creux de 11 ans, et à abaisser le rendement des obligations d'Etat des pays de la région.

Le rendement à 10 ans des Bunds allemands est passé pour la première fois sous 0,40% en raison également de son statut de valeur refuge. Ce statut est partagé par les emprunts d'Etat suisses, dont le rendement à 10 ans est passé en territoire négatif, une première parmi les grands pays industrialisés.

Une fois n'est pas coutume, les valeurs du secteur de l'énergie sont les plus performantes en Europe avec un gain de 1,95%. Elles profitent d'un rebond des cours du pétrole, de 3,15% à 49,79 dollars le baril pour le Brent, après la publication du rapport mensuel de l'Agence internationale de l'Energie évoquant une accumulation de signes sur un arrêt à venir de l'effondrement des cours.

Les titres des compagnies pétrolières BP et Total signent deux des meilleures performances de l'indice FTSEurofirst 300, avec des gains respectifs de 3,7% et 2,6%.

Carrefour progresse de plus de 2% après avoir dépassé les attentes des analystes au quatrième trimestre 2014.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Patrick Vignal)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant