Vol QZ8501: Nouveaux corps repêchés en mer de Java

le
0

par Wilda Asmarini SURABAYA, Indonésie, 31 décembre (Reuters) - Les recherches ont repris mercredi en mer de Java où trois nouveaux corps et des débris supplémentaires ont été repêchés dans la zone où le vol QZ8501 de la compagnie AirAsia s'est abîmé dimanche matin. Mais les mauvaises conditions de mer, avec des vagues de deux à trois mètres, empêchent les plongeurs d'entrer en action. L'Airbus A320-200, qui effectuait la liaison entre Surabaya, en Indonésie, et Singapour avec 162 personnes à son bord, a disparu des écrans radar après une quarantaine de minutes de vol. Mercredi matin, trois nouveaux corps, dont celui d'une hôtesse de l'air en uniforme, ont été repêchés, a annoncé le directeur de l'agence indonésienne de recherches et de secours, Fransiskus Bambang Soelistyo. Trois premiers corps avaient été récupérés mardi. Plusieurs pièces arrachées à l'appareil ont également été retrouvées, dont une porte de l'Airbus. Pour les experts, l'avion s'est probablement désintégré au contact avec la surface de l'eau, et si les plongeurs peuvent explorer les fonds du détroit de Karimata, il devrait être assez facile de retrouver son fuselage. Le président indonésien Joko Widodo s'est rendu mardi à Surabaya, où une cellule de soutien accueille les proches des disparus. Sa priorité, a-t-il dit, est de récupérer les corps et de les identifier pour pouvoir les remettre à leur famille. "J'éprouve un profond sentiment de perte après cette catastrophe et je prie pour que les familles trouvent force et courage", a-t-il dit. La diffusion par la télévision indonésienne des images de plusieurs corps flottant à la surface de la mer a provoqué des scènes de détresse parmi les proches des victimes réunis dans l'aéroport de Surabaya. Une trentaine de bateaux et 21 avions mis à disposition par l'Indonésie, l'Australie, la Malaisie, Singapour, la Corée du Sud et les Etats-Unis participent aux recherches. Singapour a annoncé l'envoi de deux détecteurs de signaux sous-marins pour tenter de localiser les enregistreurs de vol de l'avion. Aucun signal de détresse n'a été émis par l'appareil avant sa disparition. Le commandant de bord avait demandé aux contrôleurs aériens l'autorisation de monter d'une altitude de 32.000 à 38.000 pieds pour éviter les mauvaises conditions météorologiques. Lorsque les contrôleurs lui ont répondu quelques minutes plus tard, ils n'ont reçu aucune réaction. D'après des pilotes de ligne, qui s'appuient sur des données radar obtenues auprès de la Malaisie, l'avion pourrait avoir suivi une trajectoire ascendante à une vitesse insuffisante, ce qui l'aurait fait décrocher. (avec Cindy Silviana à Djakarta; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant