Vol MH370 : Paris ouvre une information judiciaire pour homicide involontaire

le
0
Vol MH370 : Paris ouvre une information judiciaire pour homicide involontaire
Vol MH370 : Paris ouvre une information judiciaire pour homicide involontaire

Deux mois après la disparition mystérieuse du vol MH370 de Malaysia Airlines, à bord duquel se trouvaient 239 personnes, le parquet de Paris a ouvert mercredi une information judiciaire pour homicide involontaire, a annoncé ce vendredi une source judiciaire.

Confiée à un ou plusieurs juges d'instruction, l'enquête a été ouverte car quatre Français figuraient parmi les passagers de l'avion, qui n'a toujours pas été retrouvé à ce jour. Parmi eux, trois membres d'une même famille française originaire de la région parisienne et résidant à Pékin (Chine) : Laurence Wattrelos, 52 ans, la mère; Ambre, sa fille âgée de 14 ans; et Hadrien, son fils de 17 ans.  

Ils rentraient de quelques jours de vacances en Malaisie, passés avec Anne Zhao Yan, 18 ans, l'amie d'Hadrien qui avait la double nationalité franco-chinoise. Les trois jeunes victimes étaient scolarisées au Lycée Français International de Pékin, où Laurence était parent déléguée. Ambre était élève en classe de 4e et Hadrien en Terminale S.

Quatre heures entre la disparition de l'avion et l'alerte

Le parquet avait déjà lancé une enquête préliminaire le 11 mars, trois jours après la disparition de l'appareil, qui devait relier Kuala Lumpur à Pékin. L'information judiciaire ouverte ce mercredi présente le motif d'«homicide involontaire par manquement délibéré à une obligation particulière de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement», a précisé la source judiciaire.

L'appareil pourrait avoir sombré dans l'océan Indien, mais des recherches massives n'ont pas permis jusqu'ici de trouver la moindre trace de l'éventuelle épave.

La semaine dernière, la Malaisie a publié un rapport préliminaire qui reconnaît la lenteur de la réponse des autorités le 8 mars dernier à la disparition mystérieuse de l'appareil. Il précise notamment que quatre heures se sont écoulées entre le moment où l'on a constaté la disparition ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant