Vol MH370 : les internautes, entre tristesse et indignation

le
0
Vol MH370 : les internautes, entre tristesse et indignation
Vol MH370 : les internautes, entre tristesse et indignation

Après 17 jours d'attente et de théories, le Premier ministre malaisien a annoncé lundi que le vol MH370 de Malaysia Airlines s'était abimé dans l'océan Indien. De nombreux débris avaient été repérés ces derniers jours dans le sud de l'Océan Indien, à environ 2500 km des côtes occidentales de l'Australie.

Ces objets ont finalement été identifiés avec certitude comme appartenant à l'avion disparu grâce à une nouvelle méthode de recherche satellite. Seuls quelques débris ont été retrouvés et le mystère demeure concernant les raisons qui ont conduit le vol MH370 à disparaître des écrans radars avant de ce crasher dans l'océan.

«Nos prières vont aux êtres chers, aux 226 passagers et 13 de nos amis et collègues en ces moments atrocement douloureux», a ajouté Malaysia Airlines.

We humbly offer our sincere thoughts, prayers

and condolences to everyone affected by #MH370 tragedy - http://t.co/xGT1P7SsHM? Malaysia Airlines (@MAS) 24 Mars 2014

Aussitôt, les messages de condoléances ont envahi Twitter :

deepest condolences for all the families who lost their beloved ones on Al fatihah #MH370 #RIPMH370 pic.twitter.com/NT36MDs6kq? naqib? (@naqibsafian) 24 Mars 2014

Mes plus profondes condoléances à toutes les familles qui ont perdu un être aimé. Dieu soit avec vous.

Deepest condolences to family and friends of those on board flight #MH370? munirah mohamad (@AiraMohd) 24 Mars 2014

Mes plus profondes condoléances à toutes les familles et amis de personnes à bord de l'avion.

Espérant encore un dénouement heureux, suite à la multiplication de théories, certains ont fait part de leur tristesse :

Je pensais vraiment qu'ils étaient tous sur une île à nous attendre... #MH370? Lana Banana (@Hittheheadline) 24 Mars 2014

D'autres s'en sont pris à ceux qui avaient redonné de l'espoir aux familles, en vain :

Maintenant les journalistes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant