Vol MH370 : comment "perdre" un avion en vol ?

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Les militaires rêvent d'un avion totalement invisible. Les transporteurs civils, eux, souhaitent que jamais plus on ne perde la trace d'un avion de ligne et que le drame du MH370 devienne le dernier de l'histoire de l'aéronautique. Celle-ci a toujours été marquée par des disparitions mystérieuses, dont celles de grands noms comme Nungesser et Coli en 1927, Mermoz en 1936, Saint-Exupéry en 1944, pour ne citer que quelques personnalités françaises. Les équipements présents à bord d'un avion moderne permettent presque toujours de garder le contact avec le sol et d'être identifié. À condition que l'équipage soit d'accord. Le plus ancien utilisé est la radio : autrefois, en graphie avec des messages en morse ; aujourd'hui, en phonie en parlant dans un micro avec la VHF (courte portée) ou la HF (longue portée), ainsi que par le Satcom, la télécommunication par satellites Inmarsat qui permet de téléphoner aux centres de contrôle, à la compagnie aérienne, au Samu, etc., et d'envoyer des données, dont les messages Acars. À bord du vol MH370, ces moyens de transmission ont été coupés. On ne sait par qui. "À partir de ce moment-là, plus aucune info n'émanait de l'avion", nous confirme un pilote de Boeing 777. La balise de détresse doit être hors de l'eau La balise de détresse "ELT" (Emergency Locator Transmitter) qui équipe le fuselage de chaque avion civil et de nombreux navires se déclenche manuellement ou grâce à un détecteur de choc lors...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant